8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Nadine Morano veut "de la transparence sur la population carcérale", à partir de "la nationalité" et "des origines"

L'eurodéputée Les Républicains, invitée jeudi de franceinfo, a dit souhaiter un état des lieux sur les prisons, afin que "les Français sachent pourquoi ils payent ce budget". 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nadine Morano, députée européenne Les Républicains.
Nadine Morano, députée européenne Les Républicains. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Nadine Morano, eurodéputée Les Républicains (LR), invitée jeudi 25 janvier de franceinfo, a déclaré souhaiter "de la transparence sur la population carcérale". Interrogé sur les critères qu'elle demande concernant les détenus, l'ex-ministre de François Fillon a évoqué "la nationalité", "les origines", "de quel pays ils viennent".

"J'aimerais que les Français sachent pourquoi ils payent ce budget", a-t-elle déclaré. Il s'agit aussi pour Nadine Morano, de "savoir quel est l'état de la délinquance". "On ne demande pas les identités (...) mais de savoir qui est incarcéré sur le territoire français, si certains ne mériteraient pas d'être incarcérés ailleurs, dans un autre pays", a ajouté l'eurodéputée LR.

Interrogée sur le mouvement de blocage en cours des gardiens de prison, Nadine Morano a dit déclaré soutenir les surveillants qui "n'en peuvent plus", évoquant "le malaise de ceux qui assurent notre sécurité aujourd’hui". "Nous payons les conséquences de l'arrêt du plan prison qui a été pris" sous François Hollande, a-t-elle estimé. 

"Pas de compassion" pour les Français retenus en Syrie

Au moins une vingtaine de Français sont retenus dans le camp Roj en Syrie, selon les révélations de franceinfo ce jeudi. "Je ne peux pas avoir de compassion pour ces gens", a réagi Nadine Morano, qui "pense d'abord aux victimes". Ces personnes retenues en Syrie, "sont parties servir une idéologie terroriste, ennemie de la France (...) Elles ne sont pas partie faire du tourisme. Est-ce que nos impôts doivent servir à aller les chercher ? Moi je dis non", a-t-elle lancé. 

"La fin de parcours" d'Alain Juppé

Nadine Morano a commenté "le recul" d'Alain Juppé, annoncée mi-janvier, par rapport aux Républicains. "Il a perdu la primaire en 2016, du coup il ne cotise plus. Je pense qu'il est en fin de parcours politique", a-t-elle déclaré. "Ce n’est pas très respectueux vis-à-vis de nos adhérents de ne pas payer sa cotisation quand on a créé cette famille politique. Ça m’a un peu choquée", a poursuivi l'eurodéputée.

Par ailleurs, selon Nadine Morano, Laurent Wauquiez, à la tête des Républicains, "trouve très bien ses marques". Elle juge qu'"il fait preuve d’ouverture, de rassemblement, d’autorité". En revanche, la députée européenne LR ne "voit pas l'intérêt" du mouvement associé aux Républicains "Libres" de Valérie Pécresse. "On est tous libres chez Les Républicains (...) On n’a pas besoin de créer chacun un bidule", a-t-elle déclaré.

À la recherche du "choc de confiance"

Appelée à commenter les actions d'Emmanuel Macron, Nadine Morano a estimé  que s'"il y avait eu un choc de confiance, on le sentirait au niveau économique (...) Cela se traduirait sur les chiffres de l'emploi, ce qui n'est pas le cas". Alors que le chef de l'Etat annonce à Davos, "le retour de la France", l'eurodéputée LR a pointé qu"'à côté de ça, le chômage est toujours au même niveau", regrettant aussi le déficit de la balance commerciale. Au passage, Nadine Morano a estimé que le président de la République "déploie de l'énergie, qu'il porte beau" et se lance dans une comparaison avec François Hollande. 

Nadine Morano, députée européenne Les Républicains.
Nadine Morano, députée européenne Les Républicains. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)