Présidentielle 2022 : "Le contexte international" nécessite "du recul" de la part de Nicolas Sarkozy, assure le conseiller politique de Valérie Pécresse

écouter (7min)

Franck Louvrier, maire Les Républicains de La Baule et conseiller politique de Valérie Pécresse, a affirmé sur franceinfo mardi que "personne ne forcera la main" à l'ancien chef de l'État pour qu'il soutienne la candidate LR à la présidentielle.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le maire Les Républicains de La Baule, Franck Louvrier, aux universités d'été du parti, le 28 août 2021. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

"Nicolas Sarkozy fera ce qu'il souhaite mais les circonstances recommandent du recul", "beaucoup plus qu'il y a quelques semaines", a déclaré mardi 29 mars sur franceinfo Franck Louvrier, maire Les Républicains de La Baule (Loire-Atlantique) et conseiller politique de Valérie Pécresse, candidate du parti à l'élection présidentielle. Le soutien de Nicolas Sarkozy "nous ferait très plaisir et ce serait un élément très satisfaisant", a-t-il reconnu. Cependant, "il fera ce qu'il souhaite et personne ne lui forcera la main ni dans un camp, ni dans un autre."

Selon Franck Louvrier, l'absence de soutien clair de la part de l'ancien chef de l'État à Valérie Pécresse "est plus de la réserve que de l'abstinence ou de l'abstention politique. Son intervention aujourd'hui ne serait pas très circonstanciée vu le contexte international."

La seconde place "dans un mouchoir de poche"

Les sondages d'intentions de vote ne créditent Valérie Pécresse que de 9% des intentions de votes. "Les Français, comme d'habitude, vont se décider au dernier moment. Ce ne sont pas les sondages qui font le résultat. À chaque fois, au lendemain des élections on se mord les doigts parce qu'on s'aperçoit que ce n'était pas du tout l'ordre précité la veille. Soyons prudents", a expliqué Franck Louvrier.

"Il y a une chose exceptionnelle dans cette élection par rapport aux autres, c'est que la place de deuxième n'est pas définie parce que ça se passe entre 12 et 18%, avec deux points de marge d'erreur dans un sondage. Tout ça, c'est dans un mouchoir de poche." Pour l'instant, Marine Le Pen est créditée de 19,5% des voix, Jean-Luc Mélenchon de 15% et Eric Zemmour de 12%.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.