18h50 franceinfo, France info

"Notre présence" à la frontière syrienne "est limitée, transitoire, et conforme aux textes des Nations unies", déclare l'ambassadeur de Turquie

L'ambassadeur de la Turquie en France, Ismail Hakki Musa, était l'invité de franceinfo le mardi 15 octobre.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Nous arrêterons quand les objectifs de l'opération seront atteints", a affirmé Ismail Hakki Musa, l'ambassadeur de la Turquie, mardi 15 octobre sur franceinfo. "Ce qui arrêtera les troupes turques, ce sont les troupes turques en face", avertit l'ambassadeur. Quand on lui demande si les troupes syriennes ne pourraient pas les arrêter, il répond : "Non. Notre présence dans la région est limitée et transitoire, et conforme aux textes des Nations unies, en particulier l'article 51."

La Turquie est prête à "prendre le contrôle" des jihadistes 

Interrogé sur le sort des jihadistes détenus dans la région, Ismail Hakki Musa répond : "La Turquie est prête à prendre le contrôle des éléments jihadistes qui sont détenus dans des prisons contrôlées par le YPG, prendre leur contrôle et l'observation des membres de famille, jusqu'à ce qu'on trouve une solution à la crise syrienne."

L'ambassadeur pointe par ailleurs, les témoignages publiés dans la presse française qui affirment que des organisations kurdes auraient volontairement ouvert les prisons. "Nos amis, nos alliés ont considéré cette organisation terroriste comme allié sur le terrain, mais ces 'alliés', laissent aller dans la nature les éléments terroristes sans les avertir, c'est quand même révélateur."

Une "opération de nettoyage"

Ismail Hakki Musa refuse de commenter les déclarations d'Édouard Philippe ou de Donald Trump : "Ça n'est pas mon rôle", dit-il. En revanche, il estime avoir expliqué en détail l'opération turque aux dirigeants français : "Nous avons expliqué en détail, moi-même au Quai d'Orsay et à la présidence, et notre président et le président Macron ont eu un entretien téléphonique long il y a encore deux jours, notre président lui a expliqué les raisons de cette opération militaire."

Au sujet du départ des soldats américains de la zone frontalière, l'ambassadeur de Turquie précise : "Nous avons proposé à nos amis américains de procéder à cette opération de nettoyage du nord-est syrien ensemble : nettoyage des éléments terroristes du PYT, YPG qui sont alliés au PKK".