Le député LR Alexandre Vincendet appelle l'exécutif à "une coalition avec la droite, peut-être avec un Premier ministre issu de nos rangs"

"Nous sommes dans une situation institutionnelle assez inédite", estime le député Les Républicains qui pointe "un risque d'immobilisme".
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 7 min
Le député Les Républicains Alexandre Vincendet s'exprime à l'Assemblée nationale, le 7 mars 2023. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le député Les Républicains Alexandre Vincendet a appelé, lundi 24 avril, sur franceinfo l'exécutif à "une coalition avec la droite, peut-être avec un Premier ministre issu des rangs de notre famille politique", afin de sortir de "l'immobilisme" résultant de l'après-réforme des retraites, et avant la présentation au Parlement du projet de loi sur l'immigration.

>> RÉCIT. "Pas d'état de grâce, c'est le moins que l'on puisse dire" : on vous raconte la première année "tumultueuse" du second quinquennat d'Emmanuel Macron

"Nous sommes dans une situation institutionnelle assez inédite", a estimé Alexandre Vincendet, pointant "un risque d'immobilisme et donc un risque de déclassement". Selon lui, la solution pour sortir de cette situation "peut passer par une coalition avec la droite" avec la nomination d'un Premier ministre de droite en remplacement d'Elisabeth Borne.

"J'appelle en tout cas de mes vœux à ce qu'on arrête les partisanneries car nous avons un vrai risque derrière de l'arrivée de l'extrême droite au pouvoir."

Alexandre Vincendet, député LR

à franceinfo

Dimanche soir, dans un entretien donné aux lecteurs du Parisien-Aujourd'hui en France, Emmanuel Macron n'a pas clarifié la manière dont il comptait faire passer la future loi sur l'immigration en l'absence de majorité absolue à l'Assemblée nationale. Selon le député du Rhône, "il paraîtrait incongru que nous ne votions pas des choses que nous défendons depuis des années, depuis 15 à 20 ans". Alexandre Vincendet dit vouloir notamment défendre "une politique de quotas" d'immigration, "sur les métiers en tension".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.