19h20 politique, France info

Chute de popularité d'Emmanuel Macron : "Je crains que ce soit très compliqué de remonter la pente désormais", estime Gaspard Gantzer

L'ancien conseiller en communication de François Hollande était l'invité du 19h20 politique de franceinfo jeudi.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication de François Hollande, sur franceinfo le 6 décembre 2018.
Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication de François Hollande, sur franceinfo le 6 décembre 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Je crains que pour Emmanuel Macron, ce soit très compliqué de remonter la pente désormais, parce qu'on sent qu'il y a le début d'un divorce avec les Français", a estimé jeudi 6 décembre sur franceinfo Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication de François Hollande et fondateur du mouvement Parisiennes, Parisiens, alors que la cote de popularité du président est en chute libre dans les sondages, en pleine crise des "gilets jaunes""J'espère que la rupture n'est pas définitive", poursuit-il.

"On a vu avec François Hollande qu'une fois ces seuils de popularité atteints, il était très difficile de remonter la pente car un ressort avait été cassé", a expliqué Gaspard Gantzer. La cote de popularité du président a baissé à 18%, son plus bas niveau depuis son entrée en fonction, selon un sondage YouGov diffusé jeudi.

"Il faut qu'Emmanuel Macron continue d'aller au-devant des Français", estime l'ancien conseiller communication de François Hollande, et cela malgré les insultes lancées à l'encontre du président lors de sa visite au Puy-en-Velay mardi. "Un président de la République qui ne va plus rencontrer ses citoyens, c'est un président qui ne sert plus à rien. Le rôle du président de la République, ce n'est pas de se planquer à l'Élysée ou d'aller à l'étranger", ajoute Gaspard Gantzer.

Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication de François Hollande, sur franceinfo le 6 décembre 2018.
Gaspard Gantzer, ancien conseiller en communication de François Hollande, sur franceinfo le 6 décembre 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)