Attaque au couteau à Annecy : "Notre pays ne s'habituera jamais à ce type d'attaque, à ce type de violence", assène le député RN Sébastien Chenu

Après l'attaque au couteau à Annecy ce jeudi, Sébastien Chenu, vice-président du RN a plaidé sur franceinfo pour un débat "sur la question migratoire et la question sécuritaire".
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min
Le député Rassemblement national du Nord et vice-président de l'Assemblée nationale, sur franceinfo, le samedi 15 octobre 2022. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Notre pays ne s'habituera jamais, et c'est tant mieux, à ce type d'attaque, à ce type d'assassinat, à ce type de violence totalement scandaleux et insupportables", a asséné jeudi 8 juin sur franceinfo Sébastien Chenu, vice-président du RN, député du Nord et vice-président l’Assemblée nationale, après l'attaque au couteau qui a fait six blessés, dont quatre enfants à Annecy.

>> "Innommable", "horreur absolue", "barbarie" : la classe politique sous le choc après l'attaque au couteau à Annecy


"C'est évidemment tout notre pays qui est sous le choc", assure Sébastien Chenu. Il adresse ses "pensées pour les victimes et leurs familles" et pour les "habitants d'Annecy, traumatisés comme le sont tous les Français après cette ignoble attaque au couteau d'enfants qui ne demandaient qu'à vivre, par un migrant syrien".

Le député RN estime que la personne suspectée de l'attaque, "qu'elle soit terroriste ou pas, qu'elle soit folle ou pas, qu'elle soit chrétienne ou d'une autre religion", est "un migrant syrien, quelqu'un qui bénéficiait du droit d'asile et qui n'avait rien à faire ici, et en tout cas" qui n'avait pas à avoir "ce comportement dans un pays qui l'avait accueilli". Sébastien Chenu rappelle que le suspect "était réfugié en Suède, pays qui l'avait autorisé à venir en France". Selon lui, cela "pose évidemment un problème, celui de la liberté de circulation dans l'espace Schengen pour les non-Européens, pour les demandeurs d'asile". "Il y a dans la foultitude des demandeurs d'asile, des gens qui viennent pour tuer, et nous le voyons aujourd'hui."

Le député RN souhaite une politique migratoire moins laxiste

Sébastien Chenu adhère au fait qu'il y a un "temps de l'émotion". Mais il déplore qu'à "chaque fois, on nous fait le coup, on nous dit attendez, on aura le débat, et ce débat ne vient jamais". Il plaide pour avoir un "débat sur le droit d'asile, sur le fait de pouvoir demander l'asile dans un pays d'origine et non pas lorsqu'on a déjà mis les pieds en France, le fait d'avoir une politique migratoire qui ne soit pas laxiste, le fait d'avoir une politique de sécurité qui protège les Français. Ce sont des débats qui ne peuvent plus attendre".


"Ce n'est pas un gros mot que de vouloir traiter la question migratoire et la question sécuritaire qui y est liée. Car il y a une surreprésentation indéniable des étrangers dans le phénomène de l'insécurité et dans notre pays", ajoute Sébastien Chenu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.