"Innommable", "horreur absolue", "barbarie" : la classe politique sous le choc après l'attaque au couteau à Annecy

Un individu a attaqué ce jeudi matin vers 9h45 en Haute-Savoie un groupe d'enfants dans une petite aire de jeux. Le bilan est de six blessés dont quatre enfants.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min
Les secouristes sur les lieux d'une attaque au couteau à Annecy (Haute-Savoie), le 8 juin 2023. (GREGORY YETCHMENIZA / MAXPPP)

"Terrible", un "acte qui ne pourra pas rester impuni", "pensées aux victimes de l'attaque"… La classe politique réagit, ce jeudi, après l'attaque au couteau dans la matinée à Annecy (Haute-Savoie). Un individu a attaqué ce jeudi matin vers 9h45 à Annecy (Haute-Savoie) un groupe d'enfants dans une petite aire de jeux dans le secteur du Pâquier, faisant six blessés, dont quatre enfants, indique la préfecture de Haute-Savoie. Les enfants sont âgés de 22 mois à 3 ans, selon une source policière. Parmi les victimes, cinq sont en urgence absolue et une en urgence relative.

>> Attaque au couteau à Annecy : les dernières informations en direct

L'individu a été interpellé "rapidement" par les policiers qui ont ouvert le feu, d'après une source proche du dossier. Le suspect, qui n'a pas été blessé par le tir, âgé de 32 ans, est en mesure d'être entendu par les enquêteurs. Arrêté avec une carte d'identité syrienne, il est demandeur d'asile et inconnu de tous les fichiers, selon une source policière.

Sur Twitter, Emmanuel Macron a dénoncé une "attaque d'une lâcheté absolue". "Des enfants et un adulte sont entre la vie et la mort. La Nation est sous le choc. Nos pensées les accompagnent ainsi que leurs familles et les secours mobilisés", a précisé le chef de l'Etat. Élisabeth Borne et Gérald Darmanin sont immédiatement partis sur place jeudi. 

Les membres du gouvernement ont, eux aussi, fait part de leur émotion, dénonçant dans des termes très fermes cette attaque. "L’horreur la plus absolue a frappé nos enfants à Annecy", a ainsi réagi sur Twitter Eric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice. "Merci aux forces de l'ordre pour leur intervention rapide. La Justice est saisie et la procureure de la République d’Annecy est sur place. Je pense d’abord aux victimes et à leur famille", a-t-il écrit. "Une nouvelle fois, nos enfants sont la cible de l’augmentation des violences dans notre société. Je remercie les forces de l’ordre qui ont interpellé l’agresseur. Cet acte ne pourra pas rester impuni", déclare la Secrétaire d’État auprès de la Première ministre, chargée de l’Enfance, Charlotte Caubel.

"S’en prendre à de jeunes enfants, c’est commettre l’innommable. Je pense aux victimes, à leurs parents et à leurs familles. À Annecy, les élèves des écoles avoisinantes ont été mis immédiatement en sécurité grâce à la réactivité des équipes éducatives", indique le ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, Pap Ndiaye.

"C’est toute la France qu’on meurtrit"

Loin du tumulte des débats sur la réforme des retraites, députés et membres du gouvernement ont observé une minute de silence à l'Assemblée nationale à l'invitation de la présidente de l'Assemblée Yaël Braun-Pivet, parlant d'une "attaque gravissime". "C’est avec effroi et horreur que nous apprenons l’agression de jeunes enfants à Annecy par un individu armé d’un couteau. Mes pensées accompagnent les victimes et leurs proches", a pour sa part déclaré la présidente du groupe Rassemblement national (RN) à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen. "La barbarie a frappé ce matin à Annecy, lors d’une attaque au couteau visant des enfants en bas âge, perpétrée par ce qui serait un migrant demandeur d'asile syrien. Quand on s’attaque à des enfants, c’est à l’innocence qu’on s’attaque, et c’est toute la France qu’on meurtrit", estime le président du Rassemblement national, Jordan Bardella. 

Moins consensuelle, Laure Lavalette, députée du Var et porte-parole du Rassemblement national, a dénoncé ce jeudi sur franceinfo l’"impuissance du gouvernement à protéger notre peuple et nos enfants" après cette attaque au couteau."Je crains malheureusement qu'il faille attendre 2027 et la victoire de Marine Le Pen pour avoir la volonté politique", a-t-elle ajouté.

"Attaquer des petits !"

"Comment est-ce possible ? Attaquer des petits ! Les frapper avec un couteau ! Notre cœur est en miette à devoir le vivre. Aux enfants notre affection douloureuse. Aux parents toute notre compassion affligée", a lancé le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, sur Twitter.

Comme lui, c'est toute la Nupes qui a fait part de son émotion. "J'exprime tout mon soutien aux victimes et aux familles des victimes de l'attaque au couteau à Annecy. De jeunes enfants visés, c'est une horreur inqualifiable. Souhaitons que toute la lumière soit faite sur cette histoire", dit la secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts (EELV), Marine Tondelier. "Aucun mot ne peut qualifier une telle horreur", selon le secrétaire national du Parti communiste français (PCF) et député Fabien Roussel. "Terrible attaque à Annecy où des enfants, ont été agressés au couteau. Comment peut-on s'attaquer à des enfants ?", écrit-il encore. Lui aussi adresse ses "pensées sincères" à "ces enfants, à leurs familles".

"Les mots sont impuissants quand des enfants sont attaqués. Notre solidarité, nos pensées, notre soutien, les plus forts, vont aux familles et aux proches", déclare pour sa part la députée écologiste Sandrine Rousseau. "Toutes nos pensées pour ces enfants qui luttent pour leur survie et pour leurs familles", écrit aussi le Premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.