Témoignages "J'ai entendu le cri de la maman, je me suis mise à courir" : à Annecy, des habitants racontent l'horreur de l'attaque à l'arme blanche

Plusieurs témoins ont assisté, jeudi, à l'attaque au couteau sur des enfants à Annecy. Ils racontent des scènes de "panique".
Article rédigé par franceinfo - Avec France Bleu Pays de Savoie
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Les secours près du lac d'Annecy (Haute-Savoie), où un homme a attaqué des enfants à l'arme blanche, le 8 juin 2023. (GRÉGORY YETCHMENIZA / MAXPPP)

L'attaque a fait six blessés, dont quatre enfants. Un individu a attaqué jeudi 8 juin vers 9h45 à Annecy (Haute-Savoie) un groupe d'enfants dans une petite aire de jeux dans le secteur du Pâquier. Parmi les victimes, cinq étaient toujours en urgence absolue et une en urgence relative jeudi après-midi. Les enfants victimes sont âgés de 22 mois à 3 ans, selon une source policière. L'individu a été interpellé "rapidement" par les policiers qui ont ouvert le feu,. Le suspect, qui n'a pas été blessé par le tir, âgé de 32 ans a été arrêté avec une carte d'identité syrienne.

>> Attaque au couteau à Annecy : suivez notre direct 

"On jouait au Mölkky tranquillement et puis il y a quelqu'un qui est arrivé en criant, raconte une jeune femme qui a assisté à l'attaque, au micro de France Bleu Pays de Savoie. Au début, on a cru qu'il jouait, mais en fait, il a sauté la barrière du parc et il a poignardé une petite fille et ensuite un bébé dans une poussette."

"J'ai cru que c'était une blague et pas du tout, en fait, il avait un vrai couteau. J'ai cru que c'était un jouet. Mais quand j'ai entendu le cri de la maman, je me suis mise à courir."

Une habitante d'Annecy

à France Bleu Pays de Savoie

Christina travaille dans le secteur du parc. Elle a vu "un enfant plein de sang." Elle pense d'abord à un accident avec un vélo. "Il y avait un groupe de jeunes qui commençaient à être un petit peu en état de choc et qui disaient aux premières voitures de police d'aller plus loin", a-t-elle précisé.

"On a vu des gens qui couraient, qui paniquaient et qui pleuraient, raconte pour sa part Nelly, qui se trouvait à proximité du Pâquier. Je suis en panique parce que c'est le parc où j'allais. C'est horrible. Ça fait froid dans le dos qu'il arrive ça à 9 heures du matin."

"On a essayé de s'interposer"

Avant l'arrivée des forces de l'ordre, certains habitants vont tenter d'arrêter l'agresseur. "On vidait les conteneurs avec mon collègue quand on a vu des gens partir en courant avec leurs enfants, raconte un éboueur à France Bleu Pays de Savoie. Un monsieur nous a dit qu'un gars donnait des coups de couteau dans le parc. On a essayé de s'interposer pour arrêter le monsieur. On n'a pas réussi et il a failli mettre un coup de couteau à mon collègue. Ensuite, on l'a encerclé sur le Pâquier et la police est venue rapidement." Selon un homme qui témoigne sur franceinfo canal 27 par téléphone, "les policiers sont d'abord arrivés à moto, et lui ont demandé de se calmer puis de se mettre à terre." L'homme n'a pas obéi, selon le témoin qui a vu les policiers "lui tirer dessus". 

Anthony Le Tallec, ancien footballeur professionnel, faisait son footing lorsqu'il a assisté à la scène. "Je vois le mec qui arrive en face de moi, sur l'herbe, raconte-t-il dans une story Instagram. Je vois des flics qui sont à cinq, dix mètres derrière lui, qui n'arrivent pas à l'attraper. Il arrive vers moi, donc je m'écarte. Et je vois qu'il fonce tout droit vers des papys et mamies, et là, il attaque le papy, il le poignarde une fois, les flics derrière lui n'arrivent pas à l'attraper.  (...) Il attaque une fois, deux fois, et là, ils commencent à tirer. Il tombe à terre, le papy était déjà touché." 

Le suspect avait déjà été aperçu dans les environs. Christina dit l'avoir déjà croisé dans la ville d'Annecy et notamment dans ce parc : "Cet homme, c'est sûr, était sur le Pâquier depuis environ deux mois. Il était là tous les jours du matin au soir et tout le monde l'avait repéré un peu parce qu'il était tout seul. On se demandait qui il était et on le trouvait bizarre. Mais par contre, il nous disait bonjour. Il ne nous parlait pas plus que ça, mais il nous disait quand même bonjour."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.