19h20 politique, France info

Accusation de harcèlement sexuel : Thomas Guénolé "va porter plainte pour dénonciation calomnieuse"

Le politologue et ex-candidat LFI aux élections européennes était l'invité du 19h20 politique de franceinfo jeudi.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Thomas Guénolé, invité de franceinfo le 18 avril 2019.
Thomas Guénolé, invité de franceinfo le 18 avril 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Mon avocat va porter plainte contre l'accusatrice pour dénonciation calomnieuse, par ailleurs une plainte est en préparation contre la France insoumise", a annoncé jeudi sur franceinfo, Thomas Guénolé, politologue et ex-candidat LFI aux élections européennes, sous le coup d'une procédure interne après le témoignage d'une jeune femme dénonçant un comportement qu'elle juge "inapproprié".

"Je ne me laisserai pas attaquer sans bouger (…) vous avez-vous-même rappelé la gravité ahurissante des accusations qui ont été lancées contre moi, qui sont des accusations calomnieuses", a martelé Thomas Guénolé.

Rendez-vous compte pour moi, pour ma femme, pour mes parents dont je porte le nom, vous annoncez : Thomas Guénolé, accusé de harcèlement sexuel, il y a des gens qui nous écoutent, il y a des gens qui nous regardent et qui entendent cela. Il y a mon nom et il y a cette horreur

Thomas Guénolé

à franceinfo

"La France insoumise ne m'a communiqué aucun document, m'expliquant précisément ce dont je serais accusé", a expliqué le politologue, qui a réclamé venir à tout entretien accompagné d'un avocat. Selon lui, "La France insoumise a refusé et elle a poussé la chose jusqu'à exiger qu'il y ait d'autres entretiens expressément sans mon avocat. Vous voyez ce que je suis en train de subir", s'est emporté Thomas Guénolé, qui s'occupait "de l'école de formation politique" de la France insoumise.

"C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase"

"J'ai estimé qu'on était dans une situation où c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, parce que, moi militant qui ai toujours été d'une loyauté exemplaire, je me retrouve dans cette situation. J'ai estimé, que là, je me retrouve en train d'être broyé dans un mécanisme accusatoire stalinien", a-t-il lâché.

"Il n'y a pas d'autres mots quand on vous refuse les droits les plus élémentaires y compris de savoir de quoi vous êtes accusé, j'ai estimé qu'il était de mon devoir de lancer une alerte publique ce matin [jeudi], d'exposer tout ce que j'ai compris sur ce qu'est la machine France insoumise sur ce qu'est l'appareil central France insoumise (…) c'est normal que je sois isolé puisque le premier qui dit la vérité doit être exécuté", a-t-il ajouté.

Jean-Luc Mélenchon, qualifié d'"autocrate"

Dans un communiqué publié ce jeudi, Thomas Guénolé a qualifié le leader de la France insoumise d'"autocrate" aux "méthodes staliniennes". Pour lui "Jean-Luc Mélenchon organise en permanence son irresponsabilité dans le fonctionnement de la France Insoumise. Il fait en sorte que d'autres personnes soient affichées notamment Manuel Bompard, numéro 2 de la France insoumise pour assumer telle ou telle décision", or "toutes les décisions sont prises au centre de l'appareil qui fonctionne comme une toile d'araignée, par Jean-Luc Mélenchon et Sophia Chikirou".

Thomas Guénolé qualifie la France insoumise d'"appareil central qui est extraordinairement verrouillé, compartimenté, opaque. Jean-Luc Mélenchon et Sophia Chikirou, sont les seuls à savoir absolument tout ce qui se passe".

Cela, "je ne le découvre pas parce qu'il y a une accusation" pour harcèlement sexuel "contre moi, c'est qu'au fil du temps, j'ai mis bout à bout les différents éléments", a confessé Thomas Guénolé.

Thomas Guénolé, invité de franceinfo le 18 avril 2019.
Thomas Guénolé, invité de franceinfo le 18 avril 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)