:l'éco, France info

Georges Vigneau (directeur de stations de ski) : "La hausse de la pratique du ski de fond est considérable"

a revoir

Présenté parJean-Paul Chapel

Diffusé le 10/02/2021Durée : 00h5

Les vacances de février ont commencé pour certains. Avec les remontées mécaniques fermées, beaucoup se sont tournés vers d'autres activités notamment le ski nordique. C'est le cas dans les Pyrénées. "Nous bénéficions du report d'une partie de la clientèle du ski alpin qui est venue découvrir ou redécouvrir les plaisirs du ski de fond ou des raquettes", se réjouit Georges Vigneau, directeur des stations de ski de la communauté de communes de Haute-Ariège. 

Une pratique qui se veut proche de la nature. "Les gens se rendent compte qu'une fois passé le bâtiment d'accueil, ils ont 2000 hectares à leur disposition et sont complètement dans le milieu naturel. C'est une autre approche de la glisse. Ils découvrent une dimension plus paisible, une notion des grands espaces et peuvent profiter des paysages, plus qu'ils ne le font en ski alpin." Des cours sont également proposés aux nouveaux pratiquants. 

Si les groupes ne sont que très peu présents cette année, Georges Vigneau peut compter sur sa clientèle habituelle : les retraités et les familles. La nouveauté ? "Il y a beaucoup de jeunes qui normalement font du ski alpin. Ils viennent en petits groupes pour s'amuser entre eux et découvrir ; des gens de plus de 40 ans aussi qui font habituellement du ski de descente." Un protocole sanitaire a été mis en place à l'accueil et dans les espaces de location.

Pour manger, sportifs et touristes peuvent profiter de la vente à emporter proposée par des restaurateurs. "Les gens viennent prendre leur repas et vont pique-niquer sur des tables installées sur tout le site." Seul problème : en cas de mauvais temps, les salles hors-sac sont fermées. 

Les différents sites qui proposent du ski de fond connaissent une fréquentation record depuis le début de l'hiver. "A la veille des vacances, nous sommes à environ 20 % de fréquentation en plus. Il y a une hausse de la pratique du ski de fond qui est considérable", détaille Georges Vigneau. Mais la fermeture des remontées mécaniques est également un manque à gagner : "Je ne peux pas être satisfait par rapport à tous mes collègues. Je gère également trois stations de ski alpin, j'ai une petite amertume."

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==