Vidéo Politique : "Le Parti communiste a toujours pris ses responsabilités face à l'extrême-droite", estime le porte-parole du PCF, Ian Brossat

Publié Mis à jour
Politique : "Le Parti communiste a toujours pris ses responsabilités face à l'extrême-droite", estime Ian Brossat
France 3
Article rédigé par
Francis Letellier - France 3
France Télévisions

Ian Brossat, porte-parole du PCF, et Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la prochaine élection présidentielle, sont présents sur le plateau de Dimanche en Politique, dimanche 23 mai. 

Les Français respirent un peu plus grâce à un allégement des mesures sanitaires et la vaccination qui progresse. En parallèle, Emmanuel Macron a annoncé la création d'un statut de "mort pour le service de la République", tandis que Guillaume Rozier, à qui l'on doit le site Vitemadose, a été fait Chevalier de l'ordre du mérite.

Des reconnaissances "bienvenues", pour le porte-parole du PCF Ian Brossat, qui salue cet "hommage aux fonctionnaires, à tous les agents de l'État sur lesquels on s'appuie". Il déplore malgré tout une "clochardisation de l'État" et un "manque de moyens". "Le meilleur service à rendre à ces professions, c'est d'abord de créer des postes et de leur donner des moyens", commente ce dernier. Nicolas Dupont-Aignan estime de son côté que "la meilleure reconnaissance, c'est de ne pas (…) continuer à fermer des lits de réanimation" et de "sauver l'hôpital public", a-t-il ajouté. 

Le "coup de com" de Moderna 

Interrogé sur la vaccination des enfants, après que le patron de Moderna, Stéphane Bancel, a annoncé qu'il demanderait la mise sur le marché de son vaccin pour les 12-17 ans, Ian Brossat dénonce un "coup de com". "Pendant des mois, on a vacciné en France à la vitesse d'un escargot qui aurait perdu le sens de l'orientation", confie ce dernier, avant de faire part de son "ras-le-bol" de la dépendance aux Big Pharma.

Nicolas Dupont-Aignan, qui déplore d'avoir été "caricaturé comme jamais sur [s]es positions vaccinales", se défend quant à lui d'être "un anti-vaccin". "Pour les enfants ou les très jeunes, où il n'y a aucun risque de mortalité de la Covid, le risque du vaccin est plus important que le bénéfice", estime toutefois le président de Debout la France. "Est-ce que la priorité ce n'est pas plutôt de vacciner les personnes en comorbidité ?", s'est-il ensuite interrogé.

Le Parti communiste fera-t-il partie de la soixantaine d'organisations de gauche qui manifesteront contre l'extrême-droite le 12 juin ? Ian Brossat a rappelé que "Le Parti communiste a toujours pris ses responsabilités face à l'extrême-droite, dans la rue et dans les urnes", taclant au passage La France insoumise. "Ils n'ont pas appelé à battre madame Le Pen au deuxième tour de l'élection présidentielle", a commenté Ian Brossat. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Dimanche en politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.