Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Frontières : rendez-vous avec des passeurs de migrants en Turquie

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Avenue de L'Europe. Turquie

Confrontée à un afflux de migrants, l'Union européenne a obligé la Turquie à resserrer ses contrôles, mais les voyages clandestins en bateau continuent. "Avenue de l'Europe" a filmé en caméra cachée un rendez-vous avec des passeurs syriens. Un extrait du magazine difusé le 14 septembre 2016.

La frontière sud de l'UE est assurée par la Turquie, pont naturel avec l'Orient aujourd'hui débordé par l'afflux de réfugiés syriens. Le pays est devenu, sur un calcul du président Recep Erdogan, le "cerbère de l'Union" après l'accord controversé de mars 2016. Les gendarmes turcs n'hésitent plus désormais à tirer sur des clandestins. Sans réussir pour autant à décourager les candidats à l'exil.

A Istanbul, Hugues Huet et Salah Agrabi ont rencontré des passeurs en caméra cachée. Extrait du magazine "Avenue de l'Europe", à voir le 14 septembre 2016. 

"Un bateau pour demain ? Oui, c'est possible"

Après un premier rendez-vous manqué dans un café de la principale ville turque (le passeur s'est défilé), en voici deux autres, syriens, qui acceptent de conduire en Europe Anas et Judi, le jeune couple qu'a suivi l'équipe du magazine.

Les deux passeurs montrent la vidéo d'une précédente traversée, et assurent ne pas charger leurs bateaux au-delà de 40 personnes. "Certains vont jusqu'à 60, mais moi, non, je ne veux pas le faire. Mettre autant de gens [...], c'est criminel." Un bateau pour demain ? Oui, c'est possible. Ne reste plus qu'à confirmer le nombre de personnes.

La menace terroriste, la question des migrants, le Brexit, la montée des nationalismes… autant de problèmes brûlants qui pourraient avoir raison de trente années de libre circulation au sein de l'Union européenne. "Avenue de l'Europe" se penche sur ces questions.

Extrait de "Europe : le retour des frontières", thème du prochain "Avenue de l'Europe", à voir le 14 septembre 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.