Envoyé spécial, France 2

VIDEO. "Envoyé spécial" : les militants zadistes de Chambaran réclament plus de démocratie

La construction d’un futur Center Parcs dans l’Isère est devenue le nouveau grand projet contesté par les militants zadistes. "Envoyé spécial" les a suivis lors de l’occupation du site, dans la forêt de Chambaran. Extrait.

ELISE MENAND, CAROLINE ROBILLARD / FRANCE 2

La forêt de Chambaran serait-elle le nouveau barrage de Sivens ? Dans l’Isère, à Roybon, des opposants au projet occupent le chantier et empêchent les travaux d’avancer depuis le mois de novembre.

Elise Menand et Caroline Robillard ont suivi ces militants le 30 novembre, jour de l’occupation d’une vieille bâtisse abandonnée au cœur de la forêt de Chambaran.

"On préférerait tous qu'il y ait une vraie démocratie qui fonctionne"

Rémi, un jeune agriculteur de la région, fait partie des centaines de militants présents ce jour-là. "Moi, je n’ai pas l’impression de désobéir. J’ai l’impression de jouer mon rôle de citoyen. Nous tous ici, on préférerait qu’il y ait une vraie démocratie qui fonctionne." Cet appel à "plus" de démocratie est à leur image. C’est une foule hétéroclite qui n’a ni leader, ni parti. Beaucoup sont des militants de la région, mais on trouve aussi des personnes venues de toute la France pour s’opposer au projet. Ils ont tous le sentiment de faire leur devoir et revendiquent, pour la plupart, le principe de non-violence. Le jeune agriculteur estime que le site "n’est pas une propriété privée", mais "un bien communal", qui appartient à tout le monde.

Vient l'heure de l'occupation...

À la tombée de la nuit, des centaines de militants investissent une vieille demeure délaissée, suspendent leur banderole, expriment leur joie et s’installent pour la nuit, avec, dans leur sac à dos, de quoi se ravitailler.

Quelques élus locaux sont présents. Ils appartiennent au parti Europe Écologie les Verts. "Quand il y a des passages en force sur des grands projets, cela crée ces très fortes tensions car il y a une énorme frustration." L'élu écologiste estime que les militants zadistes représentent "le sommet de l'iceberg" : selon lui, "les habitants − notamment les jeunes générations ont l'impression de n'avoir aucune prise sur leur destin et sur les décisions publiques".  

 

 

( CAPTURE ECRAN FRANCE 2)