Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo En 2006, le suicide d'un petit garçon en Roumanie devenait l'emblème des ravages de l'exode économique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Envoyé spécial. Roumanie extrait 2
Article rédigé par
France Télévisions

En 2006, en Roumanie, un petit garçon de 10 ans s'est pendu après le départ de sa mère, partie travailler en Italie. Avec ce suicide, l'Union européenne découvrait le drame des enfants délaissés, victimes de la migration économique. Aujourd'hui, le père de Razvan témoigne dans un reportage d'"Envoyé spécial".

En 2006, alors que la Roumanie s'apprête à entrer dans l'Union européenne, l'Europe découvre le drame des enfants délaissés. L'histoire tragique de Razvan en est l'emblème. A 10 ans, le petit garçon s'est pendu parce qu'il ne supportait pas que sa mère, partie travailler en Italie, soit loin de lui. Son suicide est devenu le symbole des ravages de l'exode économique. A l'époque, les images de la télévision montrent son jeune père en pleurs.

Aujourd'hui, Catalin a 50 ans. C'est un homme brisé, qui ne semble plus appartenir au monde des vivants. Il n'y a qu'au cimetière, parmi les morts, qu'il se sent libre, confie-t-il. Quand il sent qu'il n'en peut plus, il vient ici. "Je tenais tellement à lui", souffle-t-il devant la tombe de son enfant.

"Je tenais tellement à lui"

C'était un lundi après-midi. Catalin était seul avec son fils à la maison. La veille à l'école, Razvan aurait affirmé à ses copains qu'il allait faire quelque chose pour faire revenir sa mère. Son père l'a vu rentrer à la maison avec un copain, un ballon entre les mains. Il l'a appelé pour manger, mais le petit ne voulait pas.

"Moi, j'ai déjeuné, se souvient son père, et puis quand je suis ressorti, c'est là que je l'ai trouvé pendu." Razvan s'était pendu avec ses lacets. Son père a tout tenté pour le ranimer, mais il était trop tard.

Extrait de "Le village sans parents", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 5 avril 2018.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.