Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Complément d'enquête. Lagerfeld, DSK et la cassette Méry

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Complément d'enquête. Lagerfeld, la cassette Méry et DSK
Complément d'enquête. Lagerfeld, la cassette Méry et DSK Complément d'enquête. Lagerfeld, la cassette Méry et DSK
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

"Complément d'enquête" sur la "triche des riches" s'est penché sur le cas Lagerfeld. Le grand couturier soupçonné d'avoir dissimulé 20 millions d'euros au fisc a souvent négocié ses impôts. Dans cet extrait, l'affaire d'une cassette compromettante. Echangée via son avocat contre une grosse ristourne ?

Dans cet extrait de "Complément d'enquête" sur la "triche des riches", le retour de la fameuse cassette Méry. Souvenez-vous, c'était en 1999 : Dominique Strauss-Kahn, ministre de l'Economie, est accusé d'avoir fait un cadeau fiscal de 7 millions d'euros à Karl Lagerfeld. Le couturier est alors en plein redressement.

Un rabais offert en échange d'une cassette vidéo compromettante ? Elle contient la confession posthume d'un homme d'affaires sur un prétendu financement occulte du RPR de Jacques Chirac. Et c'est l'avocat fiscaliste de Karl Lagerfed, Me Alain Belot, qui la dépose sur le bureau de DSK.

Une ristourne fiscale de 7 millions d'euros ?

Pour la première fois, l'avocat du couturier accepte de revenir sur cette affaire. Pourquoi a-t-il remis cette cassette à DSK ? Il n'en sait rien : "C'était une connerie, c'est évident", dit-il à Baptiste des Monstiers. Il a toujours nié avoir troqué la cassette contre un rabais du fisc. Il a d'ailleurs été blanchi par la justice, comme DSK.

Alain Belot sait seulement qu'il est celui qui a réglé le dossier fiscal de Lagerfeld. Depuis quinze ans, le couturier refusait de régler ses impôts en France. "Nationalité allemande, résidence monégasque, activité mondiale... Sa position : pas d'imposition en France ! Il fallait régler le problème, explique l'avocat. Et il y en a un qui n'était pas content : celui qui a fait le chèque... Lagerfeld." Un chèque de 7 millions d'euros, la moitié du montant réclamé par les impôts. Une ristourne de 50% obtenue grâce au talent de son fiscaliste ?

Extrait de "Complément d'enquête. Procès Cahuzac : les riches trichent-ils encore ?" du 11 février 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.