Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Complément d'enquête. Retour à Erbil

De plus en plus de réfugiés irakiens, découragés après d'innombrables tentatives d'embarquer pour l'Angleterre ou même récemment arrivés, rentrent dans leur pays, au péril de leur vie.

"Calais : et si on ouvrait la frontière ?" Une question plus si taboue, que le magazine "Complément d'enquête" posait le 10 mars 2016, en pleine évacuation d'une partie de la "jungle". Malgré le combat des associations qui viennent en aide aux migrants de Calais, le démantèlement de la zone sud se poursuit dans un climat tendu depuis le lundi 29 février. Quatre mille réfugiés d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient, d'Afghanistan, étaient massés dans ce camp aux portes du Royaume-Uni.

Quand la guerre vaut mieux que l'exil

Et quand l'eldorado britannique s'avère inaccessible... de plus en plus d'Afghans, d'Irakiens, de Syriens se découragent après d'innombrables tentatives d'embarquer pour l'Angleterre. Et même des exilés tout juste arrivés choisissent de repartir d'où ils sont venus, parfois au péril de leur vie. Le magazine a suivi des familles résignées au retour, même dans un pays en guerre.

Un reportage de Matthieu Fauroux, Maurice Ferlet et Alice Panouillot, diffusé dans "Complément d'enquête. Calais : et si on ouvrait la frontière ?" le 10 mars 2016.