Émeutes après la mort de Nahel : les stigmates toujours présents à Poitiers

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
De nombreuses communes portent encore les stigmates des émeutes urbaines de juin, comme c'est le cas à Poitiers (Vienne).
Émeutes après la mort de Nahel : les stigmates toujours présents à Poitiers De nombreuses communes portent encore les stigmates des émeutes urbaines de juin, comme c'est le cas à Poitiers (Vienne). (Franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - A. Arnal, A. Forveille, R. Luquès
France Télévisions
franceinfo
De nombreuses communes portent encore les stigmates des émeutes urbaines de juin, comme c'est le cas à Poitiers (Vienne).

Les magasins vandalisés du centre commercial d'un quartier de Poitiers (Vienne) n'ont toujours pas rouvert quatre mois après les émeutes urbaines. Les habitants désirent retrouver rapidement leurs commerces de proximité. 

Certaines boutiques ont pu rouvrir 

D'autres boutiques ont pu, quant à elles, rouvrir leurs portes quelques semaines après les émeutes urbaines. Ferdaws Choukchou, gérante d'un magasin de matériel médical, a pu de nouveau voir sa boutique être opérationnelle rapidement. "On a échelonné les reports de paiement avec les fournisseurs. Ils ont fait l'effort sur cet aspect", appuie-t-elle. Son mari, Mounir Choukchou, a pu lui aussi rouvrir sa boutique de téléphonie mobile, en prenant plusieurs mesures. Les commerces endommagés devraient être détruits d'ici la fin de l'année et reconstruits. Cependant, aucune date de réouverture n'a été fixée.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.