Frappes à Rafah : "c’est une condamnation à mort pour les 2,3 millions de civils Palestiniens", selon Hala Abou Hassira, ambassadrice de la Palestine en France

Publié
Durée de la vidéo : 15 min
Frappes à Rafah : "c’est une condamnation à mort pour les 2,3 millions de civils Palestiniens", selon Hala Abou Hassira, ambassadrice de la Palestine en France
Frappes à Rafah : “c’est une condamnation à mort pour les 2,3 millions de civils Palestiniens”, selon Hala Abou Hassira, ambassadrice de la Palestine en France Frappes à Rafah : "c’est une condamnation à mort pour les 2,3 millions de civils Palestiniens", selon Hala Abou Hassira, ambassadrice de la Palestine en France (France Info)
Article rédigé par franceinfo - S. Chironi
France Télévisions
franceinfo
Hala Abou Hassira, ambassadrice et cheffe de la mission de Palestine en France, est l’invitée du 19/20 info, ce mercredi 29 mai.

Hala Abou Hassira, ambassadrice et cheffe de la mission de Palestine en France, est née à Gaza. "C’est très difficile d’obtenir des nouvelles de la bande de Gaza. Israël a coupé toute communication (...) nous voyons depuis huit mois les images des enfants qui ne représentent plus que la moitié de la population gazaoui (...) on voit les hôpitaux qui sont à l’arrêt. Je considère que c’est une condamnation à mort pour les 2,3 millions de civils Palestiniens", déplore l’invitée. Interrogée sur le drapeau palestinien brandi à l’Assemblée nationale, Hala Abou Hassira "espère voir le drapeau palestinien reconnu. J’espère voir la France reconnaître l’Etat de Palestine (...) il faut reconnaître les deux Etats pour avancer", estime-t-elle. Le procureur de la CPI a réclamé des mandats d'arrêt contre des responsables du Hamas et du gouvernement israélien. "La loi doit être appliquée sur tous. Nous demandons à la Cour de venir enquêter sur les crimes de guerre qui sont commis", affirme Hala Abou Hassira.

Un "nettoyage ethnique"

Concernant les attaques du 7 octobre, l’invitée estime que "chaque vie civile doit être épargnée. Je continue à dire que ce qu’il s’est passé le 7 octobre, c’est la conséquence d’une politique de nettoyage ethnique et de colonisation qui dure depuis 76 ans".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.