VIDEO. Quand des vignerons font pression pour faire retirer une campagne de prévention du département

Pour lutter contre les accidents de la route, le département de Loire-Atlantique a décidé de rappeler les règles aux automobilistes. Il met en garde contre les excès de vitesse ou l’usage du téléphone au volant. Mais au pays du Muscadet, pas question de déconseiller un petit verre de blanc.

L’été dernier en Loire-Atlantique, trois nouveaux panneaux ont poussé le long des routes. Ils alertent sur les excès de vitesse, les dangers du portable sur la route et les risques de l’alcool au volant. 

Une campagne pour l’installation de 45 panneaux à 59 000 euros menée par le département et relayée par les sapeurs-pompiers. 

Mais dans la capitale du Muscadet, un des messages a rapidement trinqué. Les quinze panneaux qui associaient un verre de vin à une sortie de route ont été retirés. Serait-ce face au mécontentement des viticulteurs, comme le révèle l’Hebdo de Sèvre et Maine

Le délégué à la communication des vins de Nantes, François Robin reconnaît n’avoir pas goûté la campagne de prévention du département : "Les vignerons ont reçu le message d’une manière assez désagréable, car ils sont passionnés par le vin et le pictogramme retenu pour les excès d’alcool stigmatise une profession."

Au sujet des panneaux, le syndicat a aussitôt contacté les élus du secteur et écrit au président du département en l'exhortant à "bien les faire retirer". Ce qui a porté ses fruits "puisque le lendemain, les panneaux concernés ont été retirés", confie le porte-parole des vignerons. 

Une intervention efficace, comme nous le confirme un élu départemental: "Moi j’ai juste fait le relais entre les vignerons et le président du Conseil départemental. Je l’ai contacté, il a fait le nécessaire, il a demandé à ce que les panneaux soient retirés."

Le vice-président du département en charge de cette campagne, Jean Charrier affirme, lui, que la décision de retirer les panneaux était prise avant le coup de pression des vignerons. Selon ce dernier, la signalétique n’était pas assez claire : "Des utilisateurs de la route ne comprenaient pas ce que ça voulait dire. Est-ce que c’est le vin qu’on interdit ? Est-ce que c’est l’alcool fort ? Est-ce que c’est un seul verre qu’il ne faut pas boire du tout ? Dans un verre à ballon, on peut mettre du jus de fruit, alors nous on s’est dit qu'il valait mieux enlever le panneau s'il n'est pas compréhensible par tout le monde."

Le vice-président précise qu’il recevra les vignerons dans les jours qui viennent pour discuter des nouveaux panneaux. De son côté, la ligue contre la violence routière déplore le revirement du département. Quant à la sécurité routière, elle rappelle que même à petite dose, l’alcool agit sur le cerveau et précise qu’en Loire-Atlantique, en 2018, un accident mortel sur trois était dû à l’alcool.