Vidéo Investir dans une chambre en Ehpad ? Attention aux arnaques

Publié Mis à jour
L’Oeil du 20h : 17/01/2022
Article rédigé par
France Télévisions

En 2021 les Français n’ont jamais autant épargné : 187 milliards d’euros. De quoi susciter les convoitises des escrocs aux promesses allechantes, notamment pour investir dans des maisons de retraite ou des Ehpad. Trop beau pour etre vrai ? L’Oeil du 20h vous met en garde sur vos bas de laine.

Il y a deux ans, Alexandre Vallet, ingenieur de 49 ans, reçoit un héritage de 100 000 euros. Pour lui, pas de doute, investir dans une chambre d'Ehpad est le bon placement : "J'avais hésité à acheter un appartement mais ça m’obligeait à prendre un crédit donc j’avais regardé sur Internet ce qu’il etait possible de faire….Les Ehpad c’est ce qui semblait le plus cohérent…”

Des escrocs patients

Dans un premier temps, il investit 37 500 euros.  A ce prix, il acquiert une chambre simple dans un Ehpad au Portugal. Pendant 4 mois, cet investissement lui rapporte 420 euros mensuel. Alors, quand son pretendu conseiller lui propose d’investir de nouveau, en Belgique cette fois, il n’hésite pas. "Là, ça m’a mis en confiance et du coup, j’ai mis le reste. Au total, ça fait un investissement de 90 000 euros, un truc comme ça…" Après avoir reçu quelques mensualités de 1200 euros, il ne reçoit plus rien. Son contact disparait, son argent aussi.

Usurpations d'identités et rendements illusoires

Qu'est-il arrivé à Alexandre Vallet ? C’est en fait lui, sans le savoir, qui est entré en contact directement avec les escrocs. Comme lui, nous avons cherché à placer notre argent. Nous faisons une recherche en ligne et nous atterrissons sur un formulaire qui, à première vue, parait tout à fait crédible. Peu de temps après, nous sommes recontactés. Au bout du fil, notre interlocuteur prétend travailler pour le groupe Primonial un géant de la gestion de patrimoine. Le discours est bien rodé, rassurant… Difficile de ne pas y croire. "Ce produit d’investissement c’est un produit de placement à revenus fixe. C’est similaire à un livret traditionnel bancaire et si dans 8 mois - 9 mois l’envie vous prend de récupérer vos fonds, vous pourrez le faire et vous ne serez pas pénalisé."

Un rendement promis  supérieur à 7% avec un capital garanti! Le problème c’est que tout est faux. Et l’usurpation d’identité difficile à détecter. Les adresses emails, les documents reçus, le nom de la société.... Tout a été quasiment copié-collé…. Vicitme de l’escroquerie, le groupe Primonial a d’ailleurs porté plainte.

Un préjudice moyen de 50 000 euros

Des histoires comme celle-ci, l'association d’aide aux consommateurs (ADC) en a plein ses tiroirs. Son président, Guy Grandgirard ne compte plus les dossiers : "Actuellement on a vraiment des contacts. Toutes les semaines on a des demandes d’aide. On a une grosse inquiétude sur le sujet. On est en moyenne a 50 000 euros de préjudice."

Pour l’autorité des marchés financiers (AMF), ces pratiques, si elles ne sont pas nouvelles, se sont sophistiquées. Le gendarme du secteur alerte les épargnants. Pour lui, il ne faut pas prendre pour argent comptant les informations données par les sociétés. Les demandes de transfert d’argent vers des pays sans aucun rapport avec la société ni avec l’Etat de résidence de l’investisseur doivent aussi alerter.

Au total, au moins  10 millions d’euros se seraient ainsi évaporés l’an dernier avec ces faux placements en Ehpad. Un chiffre largement minoré selon l'ADC, la plupart des victimes ne se manifestant pas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.