VIDEO. Certains ministres changent-ils d'avis comme de chemise ?

C’est un reproche parfois fait aux politiques, certains changeraient d’avis comme de chemise. Avec les mesures annoncées ce matin, les garde-robes de plusieurs ministres se sont bien étoffées.

La semaine dernière, Emmanuel Macron annonçait plusieurs mesures pour le pouvoir d’achat :  "Les heures supplémentaires seront versées sans impôts ni charges dès 2019". En 2013, le ministre Christophe Castaner alors député socialiste, tweetait tout le mal qu’il pensait de cette mesure, à l’origine mise en place par Nicolas Sarkozy.

A-t-il eu un trou de mémoire ? Sollicité à la sortie du conseil des ministres, ce dernier ne nous a pas répondu. Quant au minstre de l’Economie, Bruno Le Maire, la semaine dernière il refusait la suppression totale de la hausse de la CSG pour certains retraités arguant que "la hausse de la CSG (...) permet de financer l’augmentation des salaires nets de tous ceux qui travaillent".

Pourtant le soir-même, certes ce n’est pas une suppression totale, mais le Président annonce bien l’annulation de la hausse pour certains retraités : "Pour ceux qui touchent moins de 2000 euros par mois, nous annulerons en 2019 la hausse de CSG subie cette année".

Nous avons contacté Bruno Le Maire, sans succès. Le porte-parole, Benjamin Griveaux reconnaît qu’il y a eu débat au sein du gouvernement : "On ne peut pas nous faire le procès d’être caporalisé et godillot un jour et d’être girouette le lendemain, il faut choisir, et nous avons fait le choix du débat, nous avons tranché collectivement et nous l’assumerons ensemble".

En pleine tempête des gilets jaunes, le gouvernement affirme avoir choisi le débat, mais pas d'avoir changé d'avis au gré du vent.