Solidarité : à Marseille, une association permet d'apprendre à nager chez des particuliers

Publié Mis à jour
Solidarité : à Marseille, une association permet d'apprendre à nager chez des particuliers
Article rédigé par
N.Dahan, H.Smague, P.Gangai, N.Thevenot - France 2
France Télévisions

À Marseille, des particuliers mettent leur piscine à disposition des plus défavorisés. Grâce à cette initiative solidaire, une centaine d'enfants ont fait leurs premiers plongeons.

À Marseille (Bouches-du-Rhône), c'est l'heure du cours de natation, dans l'après-midi du samedi 6 août. La session se déroule dans la piscine privée de Marjorie Bongiorno, qui prête depuis deux ans son bassin bénévolement, afin de permettre à des jeunes d'apprendre à nager. "Ça m'apporte de la fierté, parce que je me dis qu'on aide", dit-elle. "C'est extraordinaire. Parce que déjà, de prêter sa piscine comme ça, des gens qui aident les jeunes qu'ils ne connaissent même pas… Nous remercions déjà cette personne", confie de son côté Kevin Ebé. Parmi les élèves, on trouve des réfugiés, ou des jeunes issus des secteurs prioritaires de la ville. 

L'idée d'une association

Andréa Santiago a grandi dans les quartiers Nord de Marseille. "Les piscines étaient fermées, et on était beaucoup dans les classes, donc c'était vraiment difficile", raconte-t-elle. Flora Sobdibetladibet arrive quant à elle du Tchad, et n'a jamais appris à nager. Après quelques cours, elle peut désormais évoluer dans l'eau presque sans crainte.

Apprendre à nager dans des piscines privées est l'idée de l'association marseillaise Contact Club. "(…) En zone d'éducation prioritaire, deux jeunes sur trois ne savent pas nager. À partir de là, on s'est dit qu'habitant sur le littoral, c'était peut-être pertinent d'innover un peu", explique Slimane Boughanemi, directeur de l'association. Une centaine de jeunes a déjà pu profiter de l'initiative solidaire.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.