Cisjordanie : pour les Palestiniens, la colonisation à marche forcée

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Alors que l’armée israélienne a de nouveau bombardé une partie de la bande de Gaza, samedi 6 juillet, le gouvernement de Benyamin Netanyahou attaque également, plus discrètement, sur un autre front. Il a récemment mis la main sur près de 1 300 hectares de terre dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie occupée.
Cisjordanie : pour les Palestiniens, la colonisation à marche forcée Alors que l’armée israélienne a de nouveau bombardé une partie de la bande de Gaza, samedi 6 juillet, le gouvernement de Benyamin Netanyahou attaque également, plus discrètement, sur un autre front. Il a récemment mis la main sur près de 1 300 hectares de terre dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie occupée. (France 2)
Article rédigé par France 2 - M. Burgot, S. Yassine, M. Benodiel, H. Nalbandian, Y. Amiel, J. Louradour
France Télévisions
France 2
Alors que l’armée israélienne a de nouveau bombardé une partie de la bande de Gaza, samedi 6 juillet, le gouvernement de Benyamin Netanyahou attaque également, plus discrètement, sur un autre front. Il a récemment mis la main sur près de 1 300 hectares de terre dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie occupée.

Des bergers palestiniens de Cisjordanie sont inquiets : les Israéliens viennent de saisir 1 270 hectares de terre dans leur région, près de leur ferme. C’est la confiscation la plus importante depuis 30 ans. Ils sont convaincus qu’ils seront bientôt chassés de leur terre. "Ils veulent nous repousser vers la ville. (…) On ne pourra plus venir ici", prédit l’un d’eux.

Depuis les attaques du 7 octobre, les colons extrémistes harcèlent les bergers. Des images, filmées dans une zone à 15 km, samedi 6 juin, montrent des colons en train de lancer des pierres sur une habitation palestinienne, et mettre le feu aux oliviers sous le regard des soldats israéliens, qui n’interviennent pas.

Des implantations illégales au regard du droit international

Les terres saisies par l’État hébreu, qui occupe la Cisjordanie, sont des collines arides inhabitées. Le maire palestinien de la commune d’Aqraba, Sallah Abu Javer, explique qu’elles sont stratégiques et ont un intérêt géographique. "Leur but est de repousser tous les Palestiniens qui vivent à côté de cette zone, les pousser vers Aqraba", précise-t-il.

La saisie permet à Israël de relier quatre colonies juives déjà existantes dans la zone. Ces implantations sont illégales au regard du droit international. Les autorités israéliennes, elles, n'ont pas commenté la confiscation récente de 1 270 hectares. Depuis le début de l’année, près de 24 km2 ont été saisis.

Au fil des décennies, ces appropriations morcellent la Cisjordanie et empêchent toute continuité du territoire. Si certains Israéliens encouragent les saisies, d’autres, comme Hagit Ofran, répertorient et dénoncent les colonies en Cisjordanie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.