VIDEO. Les disparues de Perpignan : qu’en est-il des deux autres victimes ?

Les aveux concernant le meurtre de Mokthtaria Chaïb renvoient à des questionnements concernant le sort tragique des deux autres victimes.

Voir la vidéo
France 2

Le juge d’instruction compte mener d’autres interrogatoires pour savoir si le suspect du meurtre de Mokthtaria Chaïb est impliqué dans la disparition de Tatiana Andujar et le meurtre de Marie-Hélène Gonzalez. De son côté, le suspect a uniquement avoué le meurtre de Mokthtaria Chaïb.

Des similitudes et des incertitudes dans les affaires


Le suspect dans l’affaire de Mokthtaria Chaïb était déjà en prison au moment des faits concernant Tatiana Andujar, la lycéenne de 17 ans, dont le corps n’a jamais été retrouvé. La question d’une potentielle autorisation de sortie est mise en avant, sans réponses, pour le moment.


En ce qui concerne le cas de Marie-Hélène Gonzalez, son corps a subi les mêmes mutilations que celui de Mokthtaria Chaïb. Mais un élément est à prendre en compte : les policiers avaient retrouvé deux autres traces d’ADN sur place.
Le procureur de la République est resté prudent en conférence de presse, ce matin. Selon lui, il reste encore de nombreux points à vérifier.

Le quai de la gare de Perpignan, dans le quartier de laquelle trois jeunes femmes ont disparu entre 1995 et 1998.
Le quai de la gare de Perpignan, dans le quartier de laquelle trois jeunes femmes ont disparu entre 1995 et 1998. (RAYMOND ROIG / AFP)