VIDEO. Baccarat, joyaux de la Lorraine

Dans la petite ville de Baccarat, en Lorraine, on se transmet depuis deux-cent cinquante ans un savoir-faire unique du travail du cristal qui permet la production d’objets de très grand luxe.

France 2

Dans l’histoire de Baccarat, il y a d’innombrables chefs d’œuvre comme ce candélabre commandé par le tsar Nicolas II en 1896 ou des services de table légendaires, comme celui du président de la République Emile Loubet (1899-1906). Ce sont eux qui ont apporté à Baccarat sa renommée internationale.

Depuis trente ans, le maître-verrier Patrick Clementz travaille dans la chaleur du verre, comme son père avant lui.

"Le plus dur c’est de préparer la forme avant de la mouler, explique-t-il à l’équipe de France 2, il faut donner la forme la plus rapprochée possible au verre qu’on va mouler".

400 euros pour un verre

A côté de lui, une centaine de verriers façonnent les objets de la collection. L’un des plus difficiles à réaliser est le lustre à branches torsadées, dont la réalisation nécessite une dizaine d’années d’expérience. "On ne peut pas faire un verrier en cinq minutes, c’est impossible", confie Gilles Fifre.

Lorsque les pièces ont pris leur forme définitive, elles peuvent être aussi taillées ou gravées. Les tailleurs sont l’élite de la profession. Baccarat compte 17 meilleurs ouvriers de France.

Mais lorsqu’il s’agit d’acheter ces pièces, il faut débourser jusqu’à 400 euros pour un seul verre de la collection Harcourt, un prix justifié par toutes les heures de travail nécessaires pour des objets qui sont façonnés comme des œuvres d’art.