Seniors : apprendre à mieux diagnostiquer l'asthme

C'est aujourd'hui, mardi 2 mai, la journée mondiale de l'asthme. Une maladie grave qui ne touche pas que les enfants, les plus âgés aussi sont concernés : il s'agit d'asthme tardif.

Cet aérosol à base de corticoïdes fait partie d'un rituel vital depuis 15 ans pour Pierre Béniste, qui l'utilise deux fois par jour. Comme quatre millions de Français, il est atteint d'asthme, une maladie qui touche les bronches. Et s'il observe son traitement à la lettre, c'est qu'il a été plusieurs fois hospitalisé en urgence. "Je me suis retrouvé plusieurs fois dans le canapé ici à devoir appeler mon ex-épouse qui est médecin à la rescousse. Et quand elle m'a vu avec les lèvres toutes bleues, elle a appelé le SAMU. Cinq jours après, je me suis retrouvé intubé, ventilé, en fin de coma artificiel pendant quelques jours", relate le chirurgien-dentiste retraité.

Un déclenchement tardif

L'asthme de ce Marseillais de 71 ans s'est déclenché vers 55 ans, sans cause médicale expliquée. Et cette maladie a bouleversé son mode de vie : "Je faisais beaucoup de sport auparavant : j'avais envisagé de faire de la randonnée ou des trekkings en Himalaya. Il est bien évident que je ne peux plus en faire", déplore le septuagénaire, qui doit désormais se rendre deux fois par an à l'hôpital européen de Marseille (Bouches-du-Rhône) pour mesurer sa capacité pulmonaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
La pollution atmosphérique entraîne une augmentation du nombre de cas d\'asthme. 
La pollution atmosphérique entraîne une augmentation du nombre de cas d'asthme.  (ALICE S / BSIP / AFP)