Bolivie : des manifestations après les résultats de l'élection présidentielle jugés truqués

Des milliers de manifestants sont sortis dans les rues de Bolivie afin de dénoncer l'élection au premier d'Evo Morales. Ils assurent que les résultats sont truqués.

France 2

La colère gronde en Bolivie après l'annonce, lundi 21 octobre, des résultats du premier tour de la présidentielle, avec la surprenante victoire dès le premier tour du président sortant Evo Morales. Dans la foulée, des manifestants sont sortis dans les rues, et un appel à la grève générale a été lancé. À La Paz, la capitale, les Boliviens criaient à la fraude électorale, alors que les affrontements débutaient face aux policiers.

Morales a creusé l'écart en 24 heures

Devant certains bureaux de vote, les contestataires ont mis le feu aux urnes, rejetant une élection qu'ils jugent truquée. "C'est une fraude complète. Et c'est clair qu'on ne veut pas d'Evo Morales", affirme un manifestant. "Les gens sont fatigués. Il y a un gouvernement qui veut rester au pouvoir, qui ne respecte pas du tout la démocratie", dénonce une Bolivienne. Dimanche soir, les premiers dépouillements donnaient Evo Morales au coude-à-coude avec son adversaire Carlos Mesa. Mais 24 heures plus tard, après dépouillements de 95% des bulletins, le chef de l'État avait creusé l'écart avec plus de 10 points d'avance, et donc une élection directe. Un retournement de situation qui a mis le feu aux poudres, et fait réagir les observateurs internationaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des forces de l\'ordre face à des partisans du candidat à la présidentielle Carlos Mesa, à La Paz (Bolivie), le 21 octobre 2019.
Des forces de l'ordre face à des partisans du candidat à la présidentielle Carlos Mesa, à La Paz (Bolivie), le 21 octobre 2019. (UESLEI MARCELINO / AFP)