Aristophil : une exceptionnelle vente aux enchères

Ce mercredi 20 décembre, à l'hôtel Drouot, à Paris, se tient une vente aux enchères lors de laquelle 130 000 manuscrits vont pouvoir trouver preneur après le scandale Aristophil, survenu dans les années 2000.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Ce mercredi 20 décembre, à l'hôtel Drouot, à Paris, ce sont bien des manuscrits exceptionnels qui vont être proposés aux enchères. Ici, une première ébauche du Petit Prince, de Saint-Exupéry. Là, une lettre à l'encre bleue d'une rescapée du Titanic. Et ce roman, de la main de Balzac. Mais toutes ces pièces proviennent d'un fonds d'archives sulfureux, objet d'une énorme escroquerie. Celle d'une société baptisée Aristophil.

"On peut parler de pratiques commerciales trompeuses"

L'entreprise incitait ses clients à placer leur argent dans ces lettres, un fonds spéculatif avec des rendements mirobolants. "On peut parler de pratiques commerciales trompeuses, puisqu'il y a mensonges", explique Frédéric Castaing, président de la compagnie nationale des experts en œuvres d'art. Résultat : une société en liquidation, Aristophil, son propriétaire Gérard Lhéritier mis en examen et des milliers de personnes flouées pour un montant de 850 000 millions d'euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Gerard Lheritier, fondateur d\'Aristophil, le 2 avril 2014.
Gerard Lheritier, fondateur d'Aristophil, le 2 avril 2014. (MARTIN BUREAU / AFP)