Yvelines : une candidate FN de 83 ans violemment agressée en pleine rue

Les faits se sont déroulés à Sartrouville. L'octogénaire affirme avoir reçu "des coups de poing et des coups avec le seau de colle", qui lui a également été renversé sur la tête.

Capture d\'écran de Google Maps pointant Sartrouville (Yvelines) où une candidate FN de 83 ans aux élections départementales a été agressée, le 17 mars 2015.
Capture d'écran de Google Maps pointant Sartrouville (Yvelines) où une candidate FN de 83 ans aux élections départementales a été agressée, le 17 mars 2015. (GOOGLEMAPS)

Désormais dans la dernière ligne droite, la campagne pour les élections départementales se tend. Une femme de 83 ans, suppléante d'une candidate FN dans les Yvelines, a été violemment frappée mardi, en pleine rue, par deux personnes, indique une source policière mercredi 18 mars.

Marie-Francoise Lagroua, suppléante de Kamélia Ignatov dans le canton de Sartrouville, collait, seule, des affiches électorales dans cette ville située à une quinzaine de kilomètres de Paris, quand elle a été frappée par un homme et une femme âgés d'environ 25 ans. Ils l'ont traitée de "raciste" et l'ont menacée de mort.

Une bosse et un hématome

La femme a reçu "des coups de poing et des coups avec le seau de colle, qui a également été renversé sur sa tête", a relaté une source policière, décrivant "une agression violente".

Venue dans la foulée porter plainte, la victime présentait "une importante bosse sur le front" et "un hématome". Le commissariat de Sartrouville est saisi de l'enquête.

"Les deux jeunes gens [qui ont agressé l'octogénaire] étaient habillés très correctement et avaient bonne allure. Quand ils se sont dirigés vers elle, ils n'ont pas du tout attiré l'attention", a précisé cette source. Les agresseurs ont pris la fuite alors qu'une institutrice intervenait pour porter assistance à la victime.

Le numéro 2 du FN accuse Valls et son "hystérie d'Etat"

"Valls sera content : cette candidate FN de 83 ans aura été bien 'stigmatisée'...Voilà où mène l'hystérie d'Etat !" a réagi, dès mardi, Florian Philippot, vice-président du Front national, sur Twitter. Une référence aux attaques répétées de Manuel Valls, revendiquant sa volonté de "stigmatiser" le Front national.

"Nos adversaires perdent les nerfs et en viennent à commettre des voies de fait sur nos candidats, jusqu'aux plus âgés et aux plus faibles", a réagi de son côté Philippe Chevrier, patron du FN dans les Yvelines.

Reste que ce n'est pas la première fois qu'un candidat aux élections départementales se fait agresser en Ile-de-France lors de cette campagne. Le Parisien a rapporté, le 15 mars, qu'une jeune militante communiste a été victime de trois agressions en Seine-Saint-Denis.