Législatives : une "opportunité historique" de changer les institutions, selon Yannick Jadot

Le député EELV, et par ailleurs eurodéputé, Yannick Jadot aspire vendredi sur France Inter à une démocratie "refondée" et "délibérative".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Yannick Jadot, le 10 avril 2022, à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Les résultats des élections législatives sont "une opportunité historique" de "changer les méthodes de gouvernement", a déclaré vendredi 24 juin sur France Inter le député EELV Yannick Jadot, par ailleurs eurodéputé. L'ancien candidat à la présidentielle reconnaît une "part sombre dans cette élection législative", avec un taux d'abstention historiquement bas et le nombre inédit de députés du RN élus à l'Assemblée nationale.

Mais pour Yannick Jadot, à travers ces élections, "le peuple a dit : 'Il faut changer la méthode de gouvernement de notre pays, nous ne voulons plus un président qui décide seul dans son bureau'". "Emmanuel Macron sera-t-il l'artisan d'une démocratie refondée, d'une démocratie enfin délibérative ?", s'interroge Yannick Jadot, "ou est-ce qu'il restera un président arc-bouté sur son pouvoir ?"

La création de la Nupes est un "succès"

Yannick Jadot se félicite de la création de la Nupes, "un succès", même si elle "n'a pas permis de faire gagner l'élection". "Cette coalition a permis de doubler le nombre de nos députés" à l'Assemblée nationale, affirme-t-il.

Sur la possibilité d'une coalition avec les députés de la majorité présidentielle, Yannick Jadot affirme que "les écologistes ont toujours dit au regard des urgences : 'Quand un texte va dans le bon sens, nous y prendrons part'". "Je ne ferme la porte à rien, car le président de la République n'a parlé de rien" mercredi soir, dit-il, estimant que "les appels du pied, dans son discours, c'est clairement à la droite" qu'ils s'adressent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Yannick Jadot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.