Cet article date de plus de neuf ans.

[Vidéo] Voeux 2012 : Nicolas Sarkozy veut "alléger la pression sur le travail"

Nicolas Sarkozy a présenté samedi 31 décembre aux Français les derniers voeux de son quinquennat, à quatre mois de la présidentielle, sur fond de chômage en hausse. Il faut, a-t-il dit, "alléger la pression sur le travail".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy, le 31 décembre 2011 (France 2)

Nicolas Sarkozy a présenté samedi 31 décembre aux Français les derniers voeux de son quinquennat, à quatre mois de la présidentielle, sur fond de chômage en hausse. Il faut, a-t-il dit, "alléger la pression sur le travail".

"L'année 2011 s'achève. Elle aura connu bien des bouleversements", a déclaré d'emblée le président de la République pour ses voeux 2012, les derniers avant l'élection présidentielle.

"Cette crise qui sanctionne 30 années de désordres planétaires dans l'économie, le commerce, la finance, la monnaie... n'est pas terminée", a-t-il poursuivi.

Emploi : des décisions importantes "avant fin janvier"

"La France a tenu, elle a résisté", a continué le chef de l'Etat, "grâce au courage et au sang-froid dont vous faites preuve depuis trois ans,... grâce aux réformes que nous avons accomplies ces dernières années. Je pense notamment à la réforme des retraites et à toutes les mesures visant à diminuer nos dépenses publiques".

Il a enchaîné en rappelant "le sommet pour l'emploi" du 18 janvier: "Avant la fin janvier, nous prendrons et assumerons des décisions." "Ce ne sont ni les marchés ni les agences qui feront la politique de la France".

"Faire contribuer financièrement les importations"

Il a enfin délivré l'essentiel du message, avec trois mesures annoncées, dont deux sur l'emploi:

1) "Former et pas seulement indemniser" les chômeurs, "tel doit être notre but"

2) "Le financement de notre protection sociale ne peut plus reposer essentiellement sur le travail, si facilement délocalisable. Il faut alléger la pression sur le travail et faire contribuer financièrement les importations qui font concurrence à nos produits avec de la main d'œuvre à bon marché... J'écouterai les propositions des partenaires sociaux puis nous déciderons."

3) "Il faut faire participer la finance à la réparation des dégâts qu'elle a provoqués... La taxe sur les transactions financières doit être mise en œuvre."

Il a conclu par le traditionnel "Bonne année à tous, vive la République et vive la France".

Voir la video

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.