VIDEO. Pour Valls, il existe un "apartheid territorial, social, ethnique" en France

A l'occasion de ses vœux adressés à la presse mardi, le Premier ministre est revenu sur les attentats qui ont touché la France et sur les maux qui minent le pays.

Voir la vidéo
FRANCE TELEVISIONS

"Ces derniers jours ont souligné beaucoup des maux qui rongent notre pays ou des défis que nous avons à relever", a déclaré Manuel Valls lors de ses vœux à la presse, mardi 20 janvier, faisant référence aux attentats terroristes"A cela, il faut ajouter toutes les fractures, les tensions qui couvent depuis trop longtemps et dont on parle peu : (...) la relégation péri-urbaine, les ghettos, ce que j'évoquais en 2005 déjà, un apartheid territorial, social, ethnique, qui s'est imposé à notre pays", a ajouté le Premier ministre.

"Cette citoyenneté a besoin d'être refondée"

Après le choc provoqué par les attaques qui ont fait 17 morts en région parisienne, le chef du gouvernement a souligné "l'enjeu fondamental qu'est la citoyenneté" en France, "ce sentiment d'appartenance à une même Nation, d'avoir un destin commun, les mêmes droits et les mêmes devoirs""Cette citoyenneté - ne parlons pas d'intégration, oublions les mots qui ne veulent plus rien dire - cette citoyenneté a besoin d'être refondée, renforcée, relégitimée", a-t-il martelé. 

En 2005, déjà, Manuel Valls déclarait, dans un livre d'entretiens avec la journaliste Virginie Malabard La Laïcité en face : "La ségrégation territoriale, sociale, ethnique voire religieuse s'aggrave. J'ai même parfois parlé d'apartheid car c'est vraiment le sentiment que l'on peut avoir dans certains endroits." Des déclarations réitérées en 2009 sur les ondes d'Europe 1. Manuel Valls avait alors dit, cité par Libération.fr : "Je me bats contre la ségrégation territoriale, sociale, ethnique", déplorant "ces ghettos, cet apartheid". 

Le Premier ministre, Manuel Valls, à Ergue-Gaberic (Finistère), le 16 janvier 2015.
Le Premier ministre, Manuel Valls, à Ergue-Gaberic (Finistère), le 16 janvier 2015. (FRED TANNEAU / AFP)