Vidéo Affaire Yuriy : la violence entre bandes "atteint des niveaux absolument insupportables", estime Christophe Castaner

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale et ancien ministre de l'Intérieur réagit à l'agression du jeune Yuriy dans le 15e arrondissement de Paris.

La violence entre bandes "atteint des niveaux absolument insupportables", a déclaré sur France Inter mercredi 27 janvier Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale. Il était interrogé sur l'insécurité et notamment sur le passage à tabac du jeune Yuriy dans le 15e arrondissement de Paris.

"Les rivalités entre bandes, c'est un phénomène ancien, il faut s'adapter. J'avais fait évoluer le dispositif de suivi, notamment en matière de renseignement dans l'identification de ces bandes", souligne l'ancien ministre de l'Intérieur. "On voit qu'elles baissent en nombre. Par contre, en violence on atteint des niveaux absolument insupportables. C'est un combat permanent que mènent les forces de sécurité de ce pays sous l'autorité des ministres".

"Je n'aime pas ce mot d'ensauvagement" de la société

Interrogé sur la gestion de ces violences par l'actuel ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner assure que "ce n'est pas une question de ministres, même si on peut se complaire à mettre en cause tel ou tel. Aujourd'hui, je sais que Gérald Darmanin est totalement mobilisé, il mobilise ses services dans ce combat-là (…) La lutte contre l'insécurité est un combat permanent."

Peut-on parler d'un "ensauvagement" de la société, comme le dit Gérald Darmanin ? "Non, moi je n'aime pas ce mot d'ensauvagement, parce qu'il renvoie à des références que je ne partage pas", répond Christophe Castaner. "Mais la violence dans la société est hélas de plus en plus présente. Elle l'est sur les réseaux sociaux. Elle l'est aussi dans la rue (...) On voit bien ces dernières années que la violence, y compris rurale, se banalise et on doit totalement se mobiliser contre". Mais le député LREM tient à souligner que "les meurtres, les assassinats connaissent des évolutions qui sont plutôt à la baisse dans la durée".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.