Une information judiciaire ouverte sur les relations entre Sylvie Goulard et un institut américain

Cette information judiciaire est ouverte après le dépôt d'une plainte avec constitution de partie civile par Anticor en juin 2022, et doit permettre d'éclairer les relations que l’ancienne ministre a entretenues avec l’institut Berggruen.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sylvie Goulard au Parlement européen à Bruxelles, le 10 octobre 2019. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Une information judiciaire a été ouverte contre Sylvie Goulard le 27 septembre dernier, a appris vendredi 2 décembre  franceinfo auprès du parquet national financier (PNF) confirmant une information de Libération

Cette information judiciaire pour "corruption passive", "trafic d'influence passif", "prise illégale d'intérêts" et "abus de confiance" intervient après le dépôt d'une plainte avec constitution de partie civile par Anticor en juin 2022. Sylvie Goulard - alors sous-gouverneure de la Banque de France - avait qualifié en juin d'"inexactes" et de "calomnieuses" les "allégations" d'Anticor visant ses anciennes prestations réalisées pour un groupe de réflexion américain. 

Un départ de l'Institut Berggruen à partir de lundi

Anticor voulait alors obtenir qu'un juge d'instruction enquête sur d'anciennes prestations réalisées par Sylvie Goulard quand elle était députée européenne pour l'Institut Berggruen. L'association s'interrogeait sur la réalité du travail effectué par l'ancienne députée européenne pour ce groupe. Anticor avait par ailleurs déjà déposé une plainte en 2019. Le PNF avait alors ouvert une enquête préliminaire classée sans suite en 2020. 

Vendredi, franceinfo a appris auprès de la Banque de France que l'ex-ministre des Armées allait retrouver le Quai d'Orsay. La sous-gouverneure quitte l'institution à partir du lundi 5 décembre, pour travailler au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.