Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde confond Alexandre Benalla et Salah Abdeslam

L'élu a commis ce "lapsus" lors d'une interview avec Jean-Jacques Bourdin, qui a lui-même ajouté à la confusion en mentionnant Mehdi Nemmouche.

Jean-Christophe Lagarde, président de l\'UDI, sur BFMTV, le 8 février 2019.
Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, sur BFMTV, le 8 février 2019. (BFMTV)

Alexandre Benalla, Mehdi Nemmouche ou Salah Abdeslam ? Le député et président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde et le journaliste Jean-Jacques Bourdin n'ont pas réussi, vendredi 8 février, sur BFMTV (à partir de 19'28'' dans la vidéo), à retrouver le nom de Salah Abdeslam. A sa place, c'est l'ancien chargé de mission de l'Elysée qui a été cité. Pour défendre l'idée d'"un FBI et un parquet européens", Jean-Christophe Lagarde a pris "l'exemple de Monsieur Benalla", entamant un dialogue confus, repéré par un journaliste de Libération.

"On prend l'exemple de Monsieur Benalla ? Monsieur Benalla et ses complices viennent massacrer des Français le 13 novembre 2015, à Paris. Il repart en Belgique, il est arrêté deux fois", lance le président de l'UDI, avant d'être repris par Jean-Jacques Bourdin. "Pas Monsieur Benalla, Monsieur Nemmouche", coupe l'intervieweur, citant, également à tort, le suspect de l'attentat du Musée juif de Bruxelles en 2014. 

"Oui, pardon du lapsus", rectifie alors l'élu. "Mais non, c'est même pas Monsieur Nemmouche", poursuit-il. "Enfin, on voit de qui on parle", conclut-il, sans prononcer le nom qu'il semblait peiner à retrouver, celui de Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de novembre 2015.