"Une conscience", "une femme exemplaire" : l'émotion au Mémorial de la Shoah à Paris après la mort de Simone Veil

Au mémorial de la Shoah, à Paris, de nombreuses personnes ont rendu hommage à Simone Veil, décédée vendredi à 89 ans.

Des visiteurs au Mémorial de la Shoah à Paris, en 2010. Image d\'illustration.
Des visiteurs au Mémorial de la Shoah à Paris, en 2010. Image d'illustration. (FRED DE NOYELLE / GODONG / GODONG)

Simone Veil est morte, vendredi 30 juillet, à 89 ans. À l'annonce de sa mort, vendredi, de nombreuses personnes lui ont rendu hommage au mémorial de la Shoah, dans le 4e arrondissement de la capitale. Grande figure de la vie politique française et de la construction européenne, symbole des progrès des droits des femmes, l’ancienne ministre incarnait surtout, pour les Français, la mémoire de l'extermination des juifs. Elle était une rescapée des camps de la mort.

Au Mémorial de la Shoah, à Paris, l'hommage des visiteurs à Simone Veil : le reportage de Gaële Joly
--'--
--'--

Simone Veil, née Jacob, n'a que 16 ans quand elle arrive a Auschwitz en 1944. Son nom passerait presque inaperçu, perdu dans la longue liste des ceux des 76 000 déportés juifs de France gravés sur les murs du mémorial. Mais, pour les visiteurs, sa disparition est un un choc. "Ça me fait quelque chose, ça me touche, explique une femme. C'est une personne admirable. On ne pouvait qu'être à l'écoute de ce qu'elle disait, par son honnêteté, par son exemple." Une autre estime que Simon Veil, "a eu la bonne idée et l'intelligence de ne jamais rien cacher et de ne jamais faire semblant. Il est important de rappeler, tout le temps, ce qu'il s'est passé."

Pour moi, c'est quelqu'un d'immortel.Un visiteur au Mémorial de la Shoahà franceinfo

"Femme forte", "résilience", des mots prononcés, ce vendredi, au mémorial de la Shoah. D'autres mots, griffonés à la main, se bousculent sur le registre. Autant d'hommages à cette femme de combat qui entre, à son tour, dans l'Histoire.

"C'est une conscience"

Pour Dominique, dont les ancêtres ont réchappé à la Shoah, Simone Veil a incarné ce devoir de mémoire : "C'est une conscience Simone Veil. Elle n'a jamais dérogé, pas seulement dans la Shoah [mais aussi] dans l'histoire française. C'est une personne exemplaire. C'est comme Mendès France, Léon Blum, c'est comme des gens comme ça. Il n'y en a pas beaucoup des consciences."

"Simone Veil est d'abord une figure emblématique et une femme qui a eu un parcours, sur le plan national et politique, extraordinaire mais qui a été la rescapée de la Shoah", rappelle Jacques Fredj, le directeur du Mémorial.

Figure emblématique, qui s'est exprimée tout au long de son parcours, elle était habitée par la peur de voir ce sujet oublié, trivialisé, banalisé, déformé. C'est vrai que c'est une très grande voix qui s'éteint.Jacques Fredj, le directeur du Mémorial de la Shoahà franceinfo

Dans une vidéo de l'exposition permanente du mémorial de la Shoah, Simone Vieil évoque sa mère et, notamment, le jour de sa mort à Auschwitz. "Ma soeur m'a dit : 'Tu sais, de toutes façons, nous allons survivre quelques jours de plus mais pas bien davantage.'", se souvient-elle. Toujours très pudique, Simone Veil se livrait de plus en plus ces 20 dernières années. Mais, elle a joué un rôle de vigie tout au long de sa vie. Une cérémonie d'obsèques officielles, présidée par Macron, aura lieu mercredi aux Invalides à Paris.