Ségolène Royal veut réformer le contrôle des tarifs de la SNCF

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a annoncé dimanche une réforme du contrôle de la grille tarifaire des transports publics en déplorant le "très mauvais signal" de la SNCF qui a augmenté de 2,6% ses tarifs "de base".

(Ségolène Royal déplore la hausse des tarifs de la SNCF. © Maxppp)

Alors que les tarifs "de base" de la SNCF ont augmenté de 2,6% au 31 décembre, la ministre de l'Ecologie y a vu "un très mauvais signal ", et a annoncé ce dimanche un réforme du contrôle des tarifs de la compagnie ferroviaire. Le ministère des Transports, dont Ségolène Royal a la tutelle, a validé cette augmentation, très supérieure à l'inflation qui s'établissait en novembre à 0,3% en rythme annuel, mais qu'il juge "nécessaire à l'amélioration de la qualité du service offert aux voyageurs "."Je ne suis pas en accord avec cette annonce généralisée de l'augmentation des tarifs de trains de 2,6% ", a déclaré Ségolène Royal au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI. "Le signal de la hausse des prix du train est un très mauvais signal " au moment "où il y a une réorganisation du transport public en général à l'échelle mondiale ", a estimé la ministre. "Je veux que la SNCF reste un outil de transport de masse ", a-t-elle souligné.

Royal tance les dirigeants des entreprises publiques

"Je vous annonce, a-t-elle poursuivi, que je vais (...) réformer par décret la façon dont l'Etat contrôle les prix des transports publics et notamment du train parce que les choses ne sont pas claires, c'est compliqué, c'est confus. " "Je veux que lorsque que l'Etat donne un accord, ce ne soit pas sur un prix théorique" mais "sur le prix payé effectivement par le consommateur ", a-t-elle expliqué.

A LIRE AUSSI ►►► Le train plus cher en 2015, le gouvernement défend la hausse

"Je voudrais dire aux dirigeants des entreprises publiques qui pensent qu'elles peuvent, parce qu'elles sont en situation de monopole, s'engager dans des fuites en avant comme ça, et considérer qu'elles peuvent augmenter leur chiffre d'affaires uniquement en augmentant de façon automatique les prix demandés aux usagers : 'Ce n'est plus possible! '"

Dans un communiqué publié le 26 décembre, le ministère de l'Ecologie avait dans un premier temps défendu cette hausse, "nécessaire à l'amélioration de la qualité du service offert aux voyageurs ".