VIDEO. L'union nationale est "contre toute l'histoire du Parti socialiste depuis 40 ans"

Près de 80% des Français souhaitent un gouvernement mixte gauche-droite, selon un sondage Ifop. Ce vœu peut-il être exaucé ? Analyse avec le politologue Pascal Perrineau, directeur du Cevipof.

Elsa Mondin-Gava - France 2 / Louis San

En cas de remaniement, 78% des Français souhaitent un gouvernement d'union nationale, selon un sondage Ifop publié dimanche 28 avril dans Le Journal du dimanche. Pour le politologue Pascal Perrineau, directeur du Cevipof, un cabinet réunissant "les meilleurs de la droite avec les meilleurs de la gauche" est un "vieux rêve des Français" car ils sont mal à l'aise "vis-à-vis du clivage gauche-droite, notamment en période de crise".

Le politologue souligne qu'une telle alliance transpartisane est possible de "manière extrêmement ponctuelle". "Lors de la première guerre mondiale, il y avait eu une union nationale (...), ou bien dans des sorties de guerre", comme l'exécutif mis en place par le général de Gaulle juste après la seconde guerre mondiale.

L'ouverture, "un scénario moins coûteux"

Alors quelle réalité pour une union nationale en 2013 ? "La Ve République est un régime qui bipolarise. Quand la gauche a le pouvoir, elle le garde. Quand la droite a le pouvoir, elle le garde", souligne le chercheur. Et d'après lui, "on voit mal l'appareil du Parti socialiste cautionner un gouvernement d'union nationale. C'est contre toute l'histoire du Parti socialiste depuis quarante ans, qui s'est entièrement reconstruit sur l'union de la gauche, tout à gauche mais uniquement à gauche."

Toutefois, il reste l'option de l'ouverture. "C'est un scénario moins coûteux [qu'une union nationale] pour le président de la République", analyse Pascal Perrineau. D'ailleurs, François Hollande ne serait pas le premier à faire ce choix : le Premier ministre socialiste Michel Rocard avait ouvert son gouvernement au centre, en 1988. Nicolas Sarkozy l'avait ouvert à gauche lors de son arrivée à l'Elysée, en 2007. Reste à savoir si François Hollande est prêt à tendre la main à d'autres formations. Le président du MoDem, François Bayrou, est disponible. Dimanche, dans l'émission "C Politique" sur France 5, il s'est dit "prêt depuis des années" à être Premier ministre.

Un drapeau français sur le fronton du palais de l\'Elysée, à Paris, le 30 mai 2012.
Un drapeau français sur le fronton du palais de l'Elysée, à Paris, le 30 mai 2012. (FRED DUFOUR / AFP)