Remaniement : André Chassaigne a "le sentiment que le président de la République serre les boulons de la macronie"

Pour le chef de file des députés communistes, "l'expérience politique" et la "connaissance des dossiers" des nouveaux ministres vise à "renforcer le pouvoir exécutif" au détriment du pouvoir législatif.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
André Chassaigne, président du groupe communiste à l'Assemblée nationale. (OLIVIER MATTHYS / EPA)

André Chassaigne, président du groupe Gauche démocrate et républicaine – Nupes à l'Assemblée nationale et député communiste du Puy-de-Dôme, estime jeudi 20 juillet sur franceinfo qu'Emmanuel Macron "serre les boulons de la macronie" avec le remaniement du gouvernement d'Élisabeth Borne survenu jeudi.

>>> Remaniement : un nouveau gouvernement qui puise dans le vivier de la macronie, "sans bouleversement du centre de gravité politique"

Les personnalités nommées au sein du gouvernement "ne sont pas les perdreaux de l'année", selon lui. Le député décrit "une expérience politique, une connaissance des dossiers, une personnalité affirmée". Il s'agit pour lui d'"un renforcement du gouvernement au détriment de personnalités qui avaient accepté d'être ministres en croyant que ça allait se passer très facilement, et qui ne sont pas arrivées à faire ce qu'elles auraient pu souhaiter faire".

Ce remaniement lui fait dire qu'il y a "un côté bateau ivre en quelque sorte", "cette volonté de mettre un cap avec pour objectif premier du président de la République de renforcer le pouvoir exécutif". Emmanuel Macron va, selon lui, "chercher au sein de l'Assemblée nationale des personnalités comme Aurore Bergé, comme Thomas Cazenave qui est un spécialiste des finances, comme Philippe Vigier qui a une très forte personnalité, comme Fadila Khattabi. Il prend dans ce vivier au risque d'affaiblir la majorité à l'Assemblée nationale. Mais comme l'exécutif avale le pouvoir législatif, ça correspond à une orientation politique très forte du président de la République".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.