"J'ai toute ma conscience pour moi", se défend la nouvelle ministre Fadila Khattabi, condamnée aux prud'hommes en juin

La nouvelle ministre déléguée aux personnes handicapées avait été condamnée pour non-paiement des heures supplémentaires d'une collaboratrice.
Article rédigé par franceinfo, avec France Bleu
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes handicapées, lors de son premier conseil des ministres à l'Élysée le 21 juillet 2023. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

"J'ai toute ma conscience pour moi", se défend la nouvelle ministre déléguée aux personnes handicapées et ex-députée Renaissance de Côte-d'Or, Fadila Khattabi, vendredi 21 juillet dans la matinale de France Bleu Bourgogne. Elle réagit aux critiques à la suite de sa condamnation en juin dernier par le tribunal des prud'hommes pour non-paiement des heures supplémentaires d'une collaboratrice.

>>> Remaniement : qui sont les huit nouveaux membres du gouvernement d'Elisabeth Borne ?

Elle confirme ce "premier recrutement en 2017", réalisé "par amitié". "In fine, on a fait une rupture conventionnelle qu'elle a acceptée et qu'elle a dénoncée malheureusement un an après", avance Fadila Khattabi. "J'aurai l'occasion de m'exprimer là-dessus", poursuit-elle, en affirmant que "celles et ceux qui me connaissent savent très bien que c'est un mensonge".

Fadila Khattabi se définit comme quelqu'un qui n'est "pas du genre à fliquer [ses] collaborateurs. Tout le monde sait que quand on est collaborateur de député, on est sur le terrain avec son député et que j'octroyais vraiment des journées, je les libérais, je compensais sur le plan financier. Simplement quand je les libérais, je n'avais pas une pointeuse ni un papier signé pour dire que c'était des repos compensateurs".

Elle évoque "une relation de confiance et d'amitié" au sein de laquelle "ça se faisait tout naturellement". "Malheureusement, quand vous n'avez pas de preuve, vous n'avez pas de preuve. C'est sa parole contre la mienne. J'ai toute ma conscience pour moi", conclut la ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.