DIRECT. Référendum en Nouvelle-Calédonie : Macron salue "un deuxième grand rendez-vous démocratique réussi"

La participation lors du scrutin de dimanche est en hausse par rapport au premier référendum.

Emmanuel Macron lors d\'un discours aux Mureaux, dans les Yvelines, le 2 octobre 2020.
Emmanuel Macron lors d'un discours aux Mureaux, dans les Yvelines, le 2 octobre 2020. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le "non" à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie l'a emporté avec 53,26% des voix, dimanche 4 octobre, selon les résultats définitifs du deuxième référendum d'autodétermination annoncés par le ministère des Outre-mer. Ce scrutin, marqué par une mobilisation sans précédent, largement supérieure à celle du premier référendum il y a deux ans, marque une progression de la cause indépendantiste : en 2018, le "non" l'avait emporté avec 56,7% des voix. "Les électeurs se sont exprimés, ils ont majoritairement confirmé leur souhait de maintenir la Nouvelle-Calédonie dans la France. En tant que chef de l'État, j'accueille cette marque de confiance dans la République avec un profond sentiment de reconnaissance. J'accueille également ces résultats avec humilité", a déclaré le président de la République quelques minutes après l'annonce des résultats du scrutin.

Une participation record. Une heure avant la fermeture des bureaux, le taux de participation s'établissait à 79,63%, soit 6 points de plus que lors du premier référendum, selon le Haut-commissariat. Selon les chiffres provisoires à l'issue du dépouillement, la participation s'est finalement élevée à 85,64%, en forte hausse par rapport à 2018 (80,63% de participation définitive).

Le "non" partait favori. Avant le scrutin, les observateurs jugeaint une victoire du "oui" à l'indépendance peu probable mais n'excluent pas sa progression. En cas de victoire du "non", un troisième référendum est possible d'ici à 2022. Une option que refusent déjà les loyalistes mais que les indépendantistes disent vouloir mettre en œuvre.

Le discours de Macron attendu à 14 heures. Le chef de l'Etat doit s'exprimer sur le référendum, dimanche, après l'annonce officielle des résultats. A l'issue du scrutin de 2018, il avait déjà pris la parole pour exprimer sa "fierté" que "la majorité des Calédoniens aient choisi la France".

Un scrutin sans geste barrière. La consultation s'est déroulée sans mesures barrières ni masques, puisque l'archipel est exempt de Covid-19, grâce à une réduction drastique des vols internationaux et une quarantaine obligatoire pour tout arrivant.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #NOUVELLE_CALEDONIE

23h17 : On ferme pour la nuit ! Non sans avoir jeté un dernier coup d’œil à l'actualité très riche de ce dimanche soir.

C'était attendu, c'est tombé ce soir : Paris et les départements de la petite couronne basculent en zone d'alerte maximale. Concrètement, cela veut dire que les bars seront fermés dès mardi que les restaurants devront appliquer un protocole renforcé. Dans les zones d'alerte maximale et renforcée, la jauge des facs est réduite à 50%. D'autres annonces seront faites demain.

"Le bilan va encore s'alourdir", annonce le préfet des Alpes-Maritimes. Au moins huit personnes ont été emportées par le torrent de boue et restent portées disparues. Une dizaine d'autres sont recherchées faute d'avoir donné signe de vie. Côté italien, on découvre aussi plusieurs victimes. Les dernières informations dans notre direct.

Le "non" à l'indépendance l'emporte de justesse lors du référendum organisé en Nouvelle-Calédonie. On vous résume les cinq enseignements de ce scrutin dans cet article.


• Il a frôlé l'exploit... juste frôlé. Le Français Hugo Gaston, 239e mondial, a poussé l'Autrichien Dominic Thiem, 3e mondial, dans ses derniers retranchements au cours d'un match en cinq sets, en 8e de finale. Plus tôt dans la journée, Caroline Garcia avait été elle aussi éliminée.

Rendez-vous demain, six heures, pour la suite de ce live.

19h58 : Il est 20 heures, faisons un point rapide sur l'actualité de ce dimanche soir.

"Le bilan va encore s'alourdir", annonce le préfet des Alpes-Maritimes. Au moins huit personnes ont été emportées par le torrent de boue et restent portées disparues. Une dizaine d'autres sont recherchées faute d'avoir donné signe de vie. Côté italien, on découvre aussi plusieurs victimes. Les dernières informations dans notre direct.

Sensation en cours sur le Court Central de Roland-Garros, où Hugo Gaston, 239e mondial et dernier Français en lice, est en train de mener la vie dure à Dominic Thiem, 3e mondial. On entame le cinquième set.

"Le président va mieux", assurent les médecins de Donald Trump, qui ont donné une deuxième conférence de presse en deux jours sur l'état de leur patient. Selon eux, le président pourrait regagner la Maison blanche dès lundi.

Le "non" à l'indépendance l'emporte de justesse lors du référendum organisé en Nouvelle-Calédonie. On vous résume les cinq enseignements de ce scrutin dans cet article.

18h43 : On vous récapitule dans cet article les cinq enseignements à tirer du référendum en Nouvelle-Calédonie, remporté par le "non" à l'indépendance.




(THEO ROUBY / AFP)

18h18 : @Oscar J'ai transmis votre question à mon camarade Clément Parrot, qui me dit que tout est dans le "en partie" de votre question. Car en effet, le parti travailliste a effectivement changé de position, mais ne représentait que 4 000 voix lors du dernier scrutin. Or, le "oui" a progressé de 11 000 voix.

18h16 : je ne suis pas au courant de tout; mais, il me semble qu'en 2018 un parti favorable à l’indépendance avait appelé à l'abstention. cette fois ci ce même parti a appelé à voter oui. cette progression du oui ne peut-t-elle pas s'expliquer, au moins en partie, par l'attitude différente des militants de ce parti ?

18h13 : 18 heures et des briquettes, faisons un point sur l'actualité.

"Le bilan va encore s'alourdir", concède le préfet des Alpes-Maritimes. Au moins huit personnes ont été emportées par le torrent de boue et restent portées disparues. Une dizaine d'autres sont recherchées faute d'avoir donné signe de vie. Côté italien, on découvre aussi plusieurs victimes. Les dernières informations dans notre direct.

Les médecins de Donald Trump ont donné une deuxième conférence de presse en deux jours sur l'état de santé de leur patient : "le président va mieux", martèlent-ils, en reconnaissant qu'il a connu deux baisses de niveau d'oxygène et est désormais soigné aux stéroïdes et au Remdesivir.

Le "non" à l'indépendance l'a emporté lors du référendum, mais avec une marge plus réduite qu'en 2018. Le vote loyaliste a recueilli 53,26% des voix, contre 46,74% pour le vote indépendantiste, après dépouillement de l'ensemble des bureaux de vote.

Caroline Garcia a pris la porte en 8e de finale, et Hugo Gaston est très mal embarqué face au n°3 mondial Dominic Thiem (4-6, 4-6, 1-1). Ce n'est pas la journée des Français Porte d'Auteuil.

17h34 : Dans les rues de Nouméa et les quartiers populaires à majorité kanak, les indépendantistes ont défilé toute la journée et la soirée avec drapeaux et concerts de klaxons. Après les résultats, ils sont partis en cortège faire un ultime pied de nez aux loyalistes.

17h52 : Le chercheur en géopolitique Pierre-Christophe Pantz analyse les cartes du scrutin pour Nouvelle Calédonie La 1ère : "Les résultats sont assez surprenants, avec des chiffres qui attestent d'une vraie progression du camp du oui, en hausse dans toutes les communes. Les indépendantistes ont transformé l'essai. Ça vient contrebalancer les analyses qui disaient que tout était gelé."

17h34 : "Si ce n'est pas aujourd'hui [que l'indépendance l'emporte], ce sera au troisième référendum."

Le non à l'indépendance est arrivée en tête avec 53,26 % des voix, mais perd plus de trois points par rapport au premier référendum du 4 novembre 2018, où les pro-France l'avaient emporté avec 56,7% des voix, un résultat qui était à l'époque considéré comme plus serré qu'anticipé. Ces résultats confortent les indépendantistes, et leur font espérer une victoire lors d'un troisième référendum, qui en vertu de l'accord de Nouméa, peut être organisé d'ici 2022. Nos camarades de Nouvelle Calédonie La 1ère ont compilé les réactions des différents partis.

15h29 : Bonjour @Hervé tlse et @Maxime. L'accord de Nouméa de 1998 prévoit la possibilité d'organiser jusqu'à trois référendums en cas de vote négatif pour les deux premiers. Pour cela, il faut qu'un tiers du Congrès calédonien (soit 18 membres) demande un troisième référendum. Ce soir, Roch Wamytan (UC-FLNKS), président du Congrès de Nouvelle-Calédonie, a d'ores et déjà annoncé qu'il allait demander un nouveau vote.

14h34 : Est il encore possible qu’il y est un autre référendum ??

14h34 : Bonjour FIIl reste donc encore un référendum sur la même question il me semble ? Pouvez vous redonner les infos du processus complet.Merci encore en bon dimanche

15h30 : Voici, en intégralité, l'intervention du chef de l'Etat après le référendum sur indépendance de la Nouvelle-Calédonie. "Les électeurs se sont exprimés.Ils ont majoritairement confirmé leur souhait de maintenir laNouvelle-Calédonie dans la France. En tant que chef de l'Etat, j’accueillecette marque de confiance dans la République avec un profond sentiment dereconnaissance" , a-t-il notamment déclaré.




14h27 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité en ce début d'après-midi, un peu plus tard que prévu, en raison de l'intervention d'Emmanuel Macron sur le référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie :

• A l'issue du référendum organisé en Nouvelle-Calédonie, le "non" à l'indépendance l'a emporté, mais avec une marge plus réduite qu'en 2018. Le vote loyaliste a recueilli 53,26% des voix, contre 46,74% pour le vote indépendantiste, après dépouillement de l'ensemble des bureaux de vote.

Deux jours après les crues exceptionnelles, près de 1 000 pompiers sont mobilisés dans les Alpes-Maritimes pour rechercher les personnes disparues et rétablir les voies de communication. Selon le dernier bilan des autorités, huit personnes sont toujours portées disparues. Dix autres "nécessitent encore une levée de doute", précisent les pompiers.

Testé positif au Covid-19 et hospitalisé depuis vendredi, le président américain Donald Trump a dit hier soir qu'il allait "beaucoup mieux" mais que les jours à venir représenteraient "le vrai test" pour lui. Son médecin a ensuite précisé que son patient n'était "pas encore tiré d'affaire".

Anne Hidalgo, Laurent Wauquiez, Bernard Cazeneuve... Quelque 173 figures politiques françaises appellent la France, à sortir de sa position de neutralité face à "l'agression azerbaïdjanaise contre les Arméniens" dans le Haut-Karabakh, une région séparatiste que l'Azerbaïdjan cherche à reconquérir.

14h25 : Outre son allocution, Emmanuel Macron réagit également sur Twitter après les résultats définitifs du référendum en Nouvelle-Calédonie.

14h16 : Rappelons donc les résultats définitifs du référendum en Nouvelle-Calédonie : le "non" à l'indépendance est victorieux à 53,26 % des voix, contre 56,7% lors du premier scrutin en 2018.

14h13 : Comme il l'avait fait en 2018 après la victoire du "non", lors du premier référendum, Emmanuel Macron a parlé d'une petite fille à Ouvéa, qui veille sur un arbre. Il s'agit de la petite Ginette qu'il a rencontrée le 5 mai 2018, alors qu'il plantait un cocotier, arbre symbole de vie dans la culture kanak, trente ans après le drame où 19 militants kanaks avaient été tués, en 1988, lors de l'assaut de la grotte de Nouvelle-Calédonie. Après cette référence, il a conclu son discours bref de 6 minutes avec ces mots : "Vive la Nouvelle-Calédonie, vive la République, vive la France !"

14h06 : "Depuis plus de 30 ans, nous regardons en face notre histoire avec la Nouvelle-Calédonie, qui est une histoire coloniale."

14h07 : Emmanuel Macron accueille la victoire du "non" à l'indépendance "avec un profond sentiment de reconnaissance". Vous pouvez suivre son intervention en direct et en vidéo sur notre site.

14h04 : "Un troisième référendum est possible. L'Etat fidèle à sa parole se tient prêt à l'organiser si c'était leur choix."

14h03 : "Ce n'est qu'ensemble que nous construirons la campagne de demain."

14h01 : Emmanuel Macron prend en direct la parole depuis l'Elysée. Selon les derniers chiffres, le "non" à l'indépendance est arrivé en tête, sur l'ensemble des bureaux de vote, a appris franceinfo auprès du ministère des Outre-mer. Le "non" a rassemblé 53,26% des suffrages contre 46,74% pour le "oui".

13h24 : @Elections pacifiques Justement on en sait un peu plus à l'instant. Le "non" à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie arrive en tête, selon des résultats encore partiels du référendum d'autodétermination portant, cette fois, sur 90% des bureaux. A ce stade, le vote loyaliste recueille 54% des voix, contre 46% pour le vote indépendantiste, selon les chiffres du ministère des Outre-mer. Le taux de participation atteint les 85,8%, en forte hausse par rapport à 2018.

13h24 : Hello France Info ! Des news du vote en Nouvelle-Calédonie ?

12h45 : Après dépouillement de 108 000 suffrages exprimés (sur un corps électoral de 180 000), le vote loyaliste recueillait environ 53%, contre 47% pour le vote indépendantiste, selon les chiffres du ministère français des Outre-Mer, cité par Reuters. Les résultats de plusieurs bureaux de vote de Nouméa, qui pèse 30% du corps électoral et qui avait voté massivement contre l'indépendance lors du précédent référendum, en 2018, ne sont pas encore connus.

13h22 : e non à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie l'emporte de peu, selon des résultats partiels, annonce le Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie

12h30 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité à la mi-journée :

La Nouvelle-Calédonie retient son souffle dans l'attente des résultats du deuxième référendum sur l'indépendance, marqué par une mobilisation sans précédent, largement supérieure à celle du premier scrutin il y a deux ans. Emmanuel Macron doit s'exprimer à 13 heures depuis l'Elysée, une fois que les résultats officiels auront été proclamés. Suivez notre direct.

Deux jours après les crues exceptionnelles, près de 1 000 pompiers sont mobilisés dans les Alpes-Maritimes pour rechercher les personnes disparues et rétablir les voies de communication. Selon le dernier bilan des autorités, huit personnes sont toujours portées disparues. Dix autres "nécessitent encore une levée de doute", précisent les pompiers.

Testé positif au Covid-19 et hospitalisé depuis vendredi, le président américain Donald Trump a dit hier soir qu'il allait "beaucoup mieux" mais que les jours à venir représenteraient "le vrai test" pour lui. Son médecin a ensuite précisé que son patient n'était "pas encore tiré d'affaire".

Quelque 1 400 personnes, salariés de Bridgestone et leurs familles, élus et habitants de Béthune (Pas-de-Calais), ont participé à une marche silencieuse dans l'espoir de voir le géant japonais revenir sur sa décision de fermer son usine de pneumatiques.

11h43 : Bonjour @luis. Vous avez tout à fait raison, comme je viens de vous le montrer, le vote est très géographique sur l'archipel. Une partie des non-indépendantistes défendent un projet d'hyperprovincialisation, en renforçant les pouvoirs de chacune des trois provinces. Mais pour d'autres mouvements politiques, il s'agirait d'une sorte de "partition" du territoire inacceptable.

11h43 : Une partition de l'archipel est elle exclue ? Il semble que le nord et les iles votent oui et le sud vote non ..

11h41 : Bonjour . En cas de "oui" à l'indépendance, les transferts de financement seront "caducs" et les relations financières seront désormais "établies dans le cadre de la politique publique d’aide au développement", comme le détaille un document officiel français sur les conséquences du référendum. Je vous détaille dans cet article les conséquences économiques pour l'archipel en cas d'indépendance.

11h41 : Bonjour FI. Il faudra comprendre que si la nouvelle Calédonie vote à l'indépendance, ils ne recevront plus aucune aide financière de la France ? C'est bien cela ? Bon dimanche

11h39 : Bonjour @loustic du 29. Pour l'instant, nous n'avons que des résultats isolés sur les localités peu peuplées, donc restons prudents. Ces premiers résultats montrent pour l'instant une certaine stabilité des électorats, avec un nord de l'île principale qui reste favorable à l'indépendance et un sud sui vote "non". Dans plusieurs communes, le "oui" progresse malgré tout de quelques points. A Boulouparis, par exemple, le "non" l'emporte ainsi à 69,2% contre 69,74% en 2018.

11h39 : Que donne les premiers résultats globaux du référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie ? Qui vire en tête des résultats ? Je vous remercie de diffuser les résultats du référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie.

11h42 : Les premiers résultats, marqués par une forte participation, confirment la répartition géographique des électorats sur l'archipel. Globalement le nord de l'île principale vote "oui" et le sud vote "non". A Poya Sud par exemple, le non gagne à 97,7% (et la participation s'élève à 91,5%). A l'inverse, à Voh (dans le nord de l'île), le oui est en tête avec 71,6% (en progression de 3 points).

11h08 : Merci à vous Ne pas oublier cet archipel magnifique

11h07 : Bonjour FI,Une belle émission est passée il y peu sur la Nouvelle Calédonie...Que l’on soit pour le oui ou le non , les Calédoniennes et Calédoniens eux se déplacent aux urnes massivement.Exemple à suivre en Métropole.

11h06 : Bonjour @Un lecteur. Cette campagne référendaire s'est révélée avare en sondages. Une seule enquête d'opinion a été publiée en mars et elle donnait le "non" largement vainqueur. En 2018, rappelons que les sondages avaient surestimé l'écart entre le "oui" et le "non". Nouvelle-Calédonie La 1ère vous en dit plus sur ce sujet.

11h06 : Bonjour FI ! Il y avait eu des sondages pour ce second vote ou pas ?

11h27 : Bonjour @Luc. Non, en cas de oui, le "Caillou" s'engagera vers l'indépendance et il n'y aura pas de nouveau référendum. Selon l'accord de Nouméa, trois référendums sont prévus en cas de vote négatif pour les deux premiers. Par ailleurs, en cas de "non", il faut qu'un tiers des membres du Congrès calédonien (soit 18 membres) demande un troisième référendum.

11h05 : Je ne comprends pas ce qui se passerait si ils disent oui à l'indépendance et qu'avant ils avaient dit non. Il se passerait quoi? Un nouveau référendum?

11h26 : Bonjour @Hélène. Il s'agit des dispositions prévues par l'accord de Nouméa signé en 1998 entre indépendantistes et non-indépendantistes. Les Kanaks, minoritaires dans le pays, ont négocié trois scrutins pour se donner autant de chances de convaincre les Calédoniens de voter pour l'indépendance. En cas de "non" aujourd'hui, il y aura donc un nouveau référendum d'ici 2022, comme je vous l'explique dans cet article.

11h04 : Bonjour, j'ai dû rater l'info mais pourquoi revoter 2 ans après le 1er vote ?

11h03 : Les habitants de la Nouvelle-Calédonie ont participé massivement au deuxième référendum sur l'indépendance. Alors que le dépouillement des votes est en cours, on commence à connaître quelques résultats et tendances dans des petites localités. Et mon collègue Clément Parrot est là pour répondre à toutes vos questions sur le sujet !



(Theo Rouby / AFP)

10h20 : @mic : Merci à vous !

10h24 : Je suis très content que vous fassiez la une sur le référendum pour l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Mine de rien hier aux infos et sur les chaînes de pseudo info en continue, que du covid ou les inondations qui sont tragiques. Mais ce référendum, que cela soit oui ou non, est mine de rien capital, déterminant sur l'état de la France, son histoire et l'histoire kanak. Ca devrait faire l'objet d'émissions en direct sur France 2, TF1 et autres...un rafale passe le mur du son et c'est l'information de la journée...en tout cas merci pour cette couverture et merci aux équipes d'outre-mer.

10h23 : Bonjour @Philippe. En effet, contrairement à la France métropolitaine, ce référendum néo-calédonien n’est nullement menacé par la pandémie, car la Nouvelle-Calédonie demeure en effet l'un des très rares territoires au monde à avoir quasiment échappé au Covid-19. Si bien que les habitants y mènent depuis plusieurs mois une vie "normale", sans masques ni gestes barrières.

Sur les 270 000 habitants du territoire, seuls 27 cas de Covid-19, tous importés, ont été recensés à ce jour dans l’archipel. Pour se préserver et conserver cette situation, depuis le 20 mars, les vols internationaux ont été drastiquement réduits. Il est en effet devenu très difficile de voyager vers la Nouvelle-Calédonie.

10h19 : Bonjour, en voyant les images je m’interroge : il n’y a pas la Covid-19 en Nouvelle Calédonie (pas de masques, pas de distanciation physique) ?