Cet article date de plus de dix ans.

Quatre Français sur dix souhaitent un rapprochement entre le PS et le Centre

Un sondage TNS-Sofres montre qu'une majorité de Français préférerait voir le PS se rapprocher du Centre pour les élections présidentielle et législatives plutôt que de partis situés plus à gauche sur l'échiquier politique.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Bayrou, président du MoDem et Hervé Morin, président du Nouveau centre (AFP)

Un sondage TNS-Sofres montre qu'une majorité de Français préférerait voir le PS se rapprocher du Centre pour les élections présidentielle et législatives plutôt que de partis situés plus à gauche sur l'échiquier politique.

Quatre Français sur dix (41%) préfèreraient que le PS "se rapproche des partis de centre", lors des élections présidentielle et législatives, contre 32% qui voudraient qu'il "se rapproche des partis plus à gauche que lui", selon un sondage TNS-Sofres* pour Canal+ publié dimanche.

Les autres personnes interrogées n'ont pas d'opinion (18%) ou répondent spontanément que les socialistes devraient se rapprocher ni de l'un, ni de l'autre (7%) ou encore des deux (2%).

Parmi les sympathisants socialistes, 43% penchent pour un rapprochement avec le centre et 40% pour des alliances plus à gauche, tandis que parmi les sympathisants du Front de gauche ou de l'extrême gauche, 70% réclament que le PS se rapproche des partis plus à gauche que lui.

A l'inverse, 79% des sympathisants centristes (MoDem, Nouveau Centre, Parti radical) sont pour un rapprochement PS-Centre. Ce rapprochement est souhaité par 46% des électeurs proches de l'UMP, contre 20% pour l'alliance à gauche, 21% sans opinion, et 12% qui ne veulent ni l'un, ni l'autre.

Sur le fond, 44% des sondés souhaitent que "le système capitaliste soit réformé en profondeur", 36% qu'il soit "réformé sur quelques points", 8% qu'il ne soit "pas réformé" et 12% sont sans opinion.

François Hollande tend la main au MoDem
En 2007, le président du MoDem avait refusé de s'arrimer à la droite ou à la gauche. Mais pour l'élection de 2012, François Bayrou a fait la promesse de s'allier à un candidat s'il perdait au premier tour. Il entretient par ailleurs d'excellentes relations avec François Hollande.

Dimanche 16 octobre, le candidat du PS à la présidentielle avait tendu la main à François Bayrou en déclarant qu'"il y en a d'autres qui ne savent pas s'ils sont de gauche, qui savent qu'ils ne sont plus de droite, ce qui est déjà pas mal, et qu'il faudra bien accueillir le moment venu, s'ils le décident".

Hervé Morin est quant à lui hostile à un rapprochement avec le Parti socialiste. Dans un entretien accordé au Parisien daté du 9 octobre, le président du Nouveau centre affirmait : "Voter Bayrou, c'est voter socialiste au second tour ! Son opposition radicale, son mépris envers Nicolas Sarkozy, même s'il tente, depuis quelques mois, de les gommer pour des raisons tactiques, le conduiront inévitablement vers François Hollande."

Du côté du Parti radical, après le renoncement de Jean-Louis Borloo à se porter candidat, l'ancien président des radicaux, Didier Bariani, souhaite que le parti ne renonce pas à investir ou à soutenir un candidat de centre-droit à la présidentielle face à Nicolas Sarkozy et François Hollande.

*Sondage réalisé les 19 et 20 octobre par téléphone auprès d'un échantillon  de 955 personnes, sélectionné par quota et représentatif de la population française adulte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.