Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Eventuelle mise en examen d'Éric Dupond-Moretti : Olivier Faure "renvoie" à Emmanuel Macron ses précédentes déclarations

Publié Mis à jour
Article rédigé par franceinfo
Radio France

"Dans le principe, un ministre doit quitter le gouvernement s'il est mis en examen", avait déclaré le candidat Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle.

"Je vous renvoie" aux déclarations d'Emmanuel Macron "quand il était candidat à l'élection présidentielle", a affirmé Olivier Faure, le premier secrétaire du PS vendredi 16 juillet sur franceinfo, interrogé sur une éventuelle mise en examen du ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti qui s'explique aujourd'hui devant la Cour de Justice de la République.

"Il disait, quand un ministre est mis en examen, il doit démissionner. C'est d'ailleurs ce qu'il a appliqué", a rappelé le patron du PS en citant l’exemple de l’ex-garde des Sceaux François Bayrou, démissionnaire en 2017 après l’ouverture d’une enquête préliminaire sur son parti du MoDem pour "abus de confiance et recel". A ce moment-là, il n'était pas encore mis en examen.

"Dans le principe, un ministre doit quitter le gouvernement s'il est mis en examen", avait déclaré le candidat Emmanuel Macron le 2 mars 2017 sur France 2.

"Ce que j'observe sur ce sujet-là, comme sur les retraites, comme sur le pass sanitaire, c’est qu’il y a docteur Manu et Mister Macron", a insisté Olivier Faure, affirmant qu’il y a "un discours qui est variable selon les circonstances et selon les intérêts du chef de l'État".

"Au moment de la campagne présidentielle, il dit ''62 ans, on y reste, on y touchera pas.'' Après le grand débat, après donc la crise des gilets jaunes, il re-dit ''ce serait même hypocrite que de vouloir aujourd'hui décaler l'âge légal de départ à la retraite''. "Et aujourd'hui, qu'est-ce qu'on apprend ? On apprend que finalement, si, il faudra faire cette réforme, et qu'il faudra reculer l'âge légal de départ à la retraite", a-t-il dénoncé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.