Primaire de la gauche : "Vincent Peillon se saisit de l'occasion par calcul et par revanche"

Nathalie Saint-Cricq est sur le plateau de France 2 pour faire un point sur les candidats déclarés à la primaire de la gauche, et notamment Vincent Peillon.

Voir la vidéo
France 2

Ce mercredi 7 décembre, l'ancien ministre de l'Éducation Vincent Peillon a rejoint la course à la primaire de la gauche. Une candidature surprise qui soulève plusieurs questions et notamment celle-ci : est-ce une opération des proches de François Hollande ? "Pas du tout. Ce n'est pas une opération, mais une initiative personnelle, même si elle peut plaire à certains hollandais", tranche Nathalie Saint-Cricq, sur le plateau de France 2, qui estime que "Vincent Peillon se saisit de l'occasion par calcul et par revanche."

Un petit espace pour ressusciter

Cette candidature serait une manière de récupérer les socialistes qui trouvent Manuel Valls trop à droite et aussi de séduire ceux qui estiment Arnaud Montebourg plutôt radical. "Vincent Peillon se dit qu'il a un petit espace pour ressusciter. C'est aussi, pour lui, une merveilleuse occasion de se venger d'un Manuel Valls qui l'avait humilié en le débarquant du gouvernement", poursuit la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vincent Peillon, le 9 mai 2014, lors de la campagne pour les élections européennes à Lyon (Rhône). 
Vincent Peillon, le 9 mai 2014, lors de la campagne pour les élections européennes à Lyon (Rhône).  (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)