DIRECT. Primaire à gauche proposée par Anne Hidalgo : "Ce n'est pas la solution", répond le candidat PCF Fabien Roussel

La candidate socialiste a proposé mercredi l'organisation d'une primaire à gauche pour désigner un candidat unique pour la présidentielle, invitation aussitôt déclinée par l'ensemble de la gauche.

Le candidat PCF à la présidentielle Fabien Roussel, à Vénissieux (Rhône), le 3 décembre 2021. 
Le candidat PCF à la présidentielle Fabien Roussel, à Vénissieux (Rhône), le 3 décembre 2021.  (NICOLAS LIPONNE / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Il y a beaucoup de différences entre nous tous" : le candidat du Parti communiste français Fabien Roussel a décliné, jeudi 9 décembre, la proposition d'organiser une primaire de la gauche formulée par Anne Hidalgo pour désigner un candidat unique pour la présidentielle. "Ce n'est pas la solution. Une primaire règle le problème de la personne : ce n'est pas la personne qu'il faut trouver, c'est ce sur quoi nous nous unissons", a-t-il déclaré sur BFMTVSuivez notre direct.

 Le refus de Yannick Jadot. "Ce n'est pas le choix des écologistes" : le candidat écologiste ne participera pas à la primaire de la gauche proposée par la maire de Paris."Il y a une volonté de sortir de l'impasse par une idée surprise", a fustigé jeudi matin le candidat écologiste sur Europe 1.

 Une idée soutenue par Olivier Faure. "Ce n'est pas un SOS mais une prise de conscience collective nécessaire", a réagi le premier secrétaire du Parti socialiste sur France Inter qui s'inquiète de voir "une élection présidentielle dominée très largement par les thèmes de l'extrême droite".

 Les insoumis et des communistes pas intéressés. "Anne Hidalgo ne peut pas nous proposer la machine à perdre que le PS a inaugurée en 2016", a lancé le député insoumis Eric Coquerel sur franceinfo. Quant à Fabien Roussel, le candidat du PCF, "il ira jusqu'au bout", a tranché un membre de sa campagne sur RMC

 Arnaud Montebourg, lui, est ravi. "Je me réjouis de cette proposition d'Anne Hidalgo, ça bouge enfin", a déclaré le candidat, qui prone la "remontada de la France". Il avait appelé un peu plus tôt mercredi à un rassemblement de la gauche derrière "un projet commun" et un "candidat commun".

 Un programme commun possible ? "Une candidature d'union n'a de sens que s'il y a un programme commun", a réagi l'ancien président de la République. Cette candidature n'a du sens que "si tous les candidats qui se désistent pour la personnalité qui pourrait les réunir partagent les mêmes propositions, les mêmes conceptions".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

22h36 : "Le 'grand remplacement' est un fantasme."

Le ministre se prononce sur la théorie défendue par Eric Zemmour.

20h12 : Les violences durant le meeting d'Eric Zemmour à Villepinte ont mis en lumière la défaillance du dispositif de sécurité du candidat. Mais qui est vraiment chargé d’assurer sa protection ? Le service de sécurité officiel du candidat ou les groupes de jeunes identitaires prêts à en découdre ? Les explications de notre journaliste Antoine Comte.

Eric Zemmour, candidat à l'élection présidentielle, lors de son meeting de Villepinte (Seine-Saint-Denis), le 5 décembre 2021. (MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

(MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

20h47 : "Soyons sérieux, on est à quatre mois d'une élection présidentielle, on va faire un congrès du PS à ciel ouvert, avec des tendances, des candidats, des sous-candidats ? Ça aurait lieu fin janvier et après il nous reste deux mois pour mettre au point un programme et un gouvernement ? Ça respire une telle improvisation..."

Depuis l'Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon refuse tout net la proposition de primaire à gauche d'Anne Hidalgo.

17h55 : "Il n'appartient pas au président de la République de qualifier ou de disqualifier un candidat à une élection à venir. C'est au peuple français de décider souverainement. Il y a des règles, c'est au juge de décider".

Emmanuel Macron est interrogé sur le candidat Eric Zemmour, son soutien à la théorie raciste et complotiste du "grand remplacement" ou sa critique constante du progressisme.

16h02 : "Je crois que l'unité est notre seule chance de gagner" l'élection présidentielle, affirme sur franceinfo Pierre Larrouturou, député européen du parti Nouvelle Donne. Il regrette que les candidats de gauche soient "en train de désespérer les gens" en restant désunis.

15h57 : "Il faut que les candidats arrêtent de nous dire qu'il y a des divergences insurmontables, parce qu'au vu de la situation, ils sont parfaitement convergents."


Selon Samuel Grzybowski, le porte-parole de l'initiative citoyenne Primaire populaire, interrogé sur franceinfo, les différences entre les candidats de la gauche sont des "subtilités" face aux "périls" du changement climatique, du "fascisme à nos portes" et de "l'effondrement de notre système de société".

21h42 : A propos des refus de participer à une primaire, comme l'a proposé Anne Hidalgo, Olivier Faure a détourné un meme du rappeur Drake pour critiquer la position des autres candidats de la gauche.

21h42 : Bonjour @Pitou29, dans l'absolu, un candidat peut encore se déclarer jusqu'au 4 mars, date limite de dépôt des candidatures. Donc tout est possible et les choses peuvent encore bouger dans les semaines à venir.

14h39 : Bonjour à toutes et tous, un autre candidat à l'élection présidentielle peut il encore se déclarer ? Vu la débâcle au PS , on pourrait imaginer une autre candidate , Me T par exemple...Bonne journée et merci pour votre travail

18h14 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité :

#METEO La vigilance orange est étendue à sept départements du Sud-Ouest. Un très fort risque d'avalanches dans les Pyrénées est à prévoir.


#UE Emmanuel Macron présente aujourd'hui ses priorités pour la présidence française du Conseil de l'UE (PFUE), qui débutera le 1er janvier pour six mois. Le chef de l'Etat s'exprimera au cours d'une conférence de presse à 16 heures. Plusieurs dossiers sont déjà sur la table. Suivez notre direct.

Moins de 24 heures plus tard, la proposition d'Anne Hidalgo pour une primaire à gauche a déjà du plomb dans l'aile. Franceinfo fait le point sur cette proposition et les réactions qu'elle a suscitées.

L'ancienne numéro 1 mondiale Amélie Mauresmo succède à Guy Forget à la tête de Roland-Garros, selon les informations de franceinfo sport.

13h19 : La proposition d'Anne Hidalgo d'organiser une primaire pour désigner un candidat unique de la gauche à l'élection présidentielle 2022 a surpris. Moins de 24 heures plus tard, elle a déjà du plomb dans l'aile. Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel ont tous refusé de participer. Franceinfo fait le point sur cette proposition et les réactions suscitées.

12h27 : Eric Zemmour, "c'est la France des années 30 qui prépare la collaboration", a fustigé sur franceinfo Fabien Roussel, le candidat du Parti communiste français à l'élection présidentielle. "Quand j'ai écouté le discours du candidat d'extrême droite, j'ai trouvé qu’il y avait beaucoup de violence", a-t-il assuré. Le climat de cette campagne présidentielle "(l)’inquiète fortement", a-t-il ajouté.

12h07 : Midi, l'heure de faire un nouveau point sur l'actualité :

#UE Emmanuel Macron présente aujourd'hui ses priorités pour la présidence française du Conseil de l'UE (PFUE), qui débutera le 1er janvier pour six mois. Le chef de l'Etat s'exprimera au cours d'une conférence de presse à 16 heures. Entre suivi du plan de relance, pacte vert et salaire minimum, plusieurs dossiers sont déjà sur la table.

"Je ne participerai pas (...) parce que l'élection, c'est dans quatre mois et demi. Il faut être un peu sérieux", a réagi ce matin le candidat écologiste Yannick Jadot, au lendemain de la proposition d'Anne Hidalgo d'organiser une primaire à gauche en vue d'un rassemblement. Suivez notre direct.

L'ancienne numéro 1 mondiale Amélie Mauresmo succède à Guy Forget à la tête de Roland Garros, selon les informations de franceinfo sport.

#METEO Les départements du Gers et des Landes ont rejoint les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées en vigilance orange en raison de risques de pluie, d'inondation et de crue.

11h32 : Pour le professeur de sciences politiques Rémy Lefebvre, "Yannick Jadot pressent qu'Anne Hidalgo va abandonner et donc se dit qu'il va pouvoir récupérer ses voix". "Le jeu politique à gauche va se décanter, il va y avoir moins de candidats, et chacun espère l'emporter", analyse-t-il sur franceinfo.

Anne Hidalgo et Yannick Jadot, le 17 avril 2021. (THOMAS SAMSON / POOL)

(THOMAS SAMSON / POOL / AFP)

09h08 : 9 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

"Je ne participerai pas à une primaire de la gauche, parce que l'élection c'est dans quatre mois et demi. Il faut être un peu sérieux", a réagi ce matin le candidat écologiste Yannick Jadot, au lendemain de la proposition d'Anne Hidalgo. Suivez notre direct.

#COVID_19"Le plan blanc sera probablement national dans les prochains jours", annonce le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur France 2. Interrogé sur le variant Omicron, le ministre précise que "les besoins en oxygène, le nombre d'admissions en réanimation, la durée d'hospitalisation et le nombre de décès sont moins importants", selon une dernière étude.

#UE Emmanuel Macron présente aujourd'hui ses priorités pour la présidence française du Conseil de l'UE (PFUE), qui débutera le 1er janvier pour six mois. Le chef de l'Etat s'exprimera au cours d'une conférence de presse à 16 heures.

Un tiers des produits ménagers contiennent une quantité importante de substance"potentiellement nocives", alerte le magazine 60 millions de consommateurs dans un hors-série publié aujourd'hui.

08h40 : "Si vous ne savez pas quoi faire, si vous doutez de vos candidatures, venez nous rejoindre", lance le candidat communiste Fabien Roussel à Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg, au lendemain de leurs propositions pour davantage de rassemblement à gauche. Le secrétaire national du PCF est l'invité de franceinfo ce matin.

08h33 : Sur Europe 1, Yannick Jadot affirme que "la force dynamique propulsive dans le camp du progrès, c'est l'écologie politique". "J'appelle les socialistes à ne pas avoir une candidature quoi qu'il en coûte" à l'élection présidentielle, poursuit le candidat écologiste. Anne Hidalgo a en effet précisé qu'elle maintiendrait sa candidature si son appel pour une primaire à gauche n'était pas entendu.

08h20 : "Je ne participerai pas à une primaire de la gauche, parce que l'élection c'est dans quatre mois et demi. Il faut être un peu sérieux."

Invité d'Europe 1 ce matin, le candidat écologiste Yannick Jadot réagit à la proposition d'Anne Hidalgo d'organiser une primaire à gauche en vue de l'élection présidentielle. "Elle prend acte de l'impasse de sa candidature, de sa difficulté à ce que les idées qu'elle porte percent dans l'opinion publique, déclare-t-il. Il y a une volonté de sortir de l'impasse par une idée surprise. Ce n'est pas le choix des écologistes."

08h03 : "Ce n'est pas un SOS, c'est simplement une prise de conscience collective nécessaire."

Invité de France Inter ce matin, le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, revient sur la proposition de la candidate socialiste, Anne Hidalgo, d'organiser une primaire à gauche pour l'élection présidentielle.

07h36 : "Voter entre différentes impasses, cela n'a jamais fait un boulevard", déclare ce matin sur franceinfo Julien Bayou, secrétaire national d'EELV, en réaction à la proposition d'Anne Hidalgo d'organiser une primaire à gauche. Le candidat écologiste Yannick Jadot ne participera "évidemment" pas, affirme-t-il.

07h40 : Bonjour @cyclo_ecolo, "nous avons un candidat qui ira jusqu'au bout", a répondu un membre de la campagne du PCF à RMC, en réaction à la proposition d'Anne Hidalgo d'organiser une primaire à gauche. "Fabien Roussel est candidat et le restera", a assuré l'entourage du candidat communiste à l'AFP.

07h27 : Bonjour Valentine. Le PCF a-t-il réagi à la proposition de primaire d'Anne Hidalgo ?

07h37 : Voici un premier point sur l'actualité de la matinée :

• Emmanuel Macron présente aujourd'hui ses priorités pour la présidence française du Conseil de l'UE (PFUE), qui débutera le 1er janvier pour six mois. Le chef de l'Etat s'exprimera au cours d'une conférence de presse à 16 heures.

• Arnaud Montebourg a proposé hier un rassemblement des candidatures à gauche, tandis que la candidate socialiste Anne Hidalgo a défendu l'idée d'une primaire face à "cette gauche fracturée". Des propositions rejetées à ce stade par les écologistes et les insoumis.


• Transmission, efficacité du vaccin, niveau de sévérité... Que disent les dernières études sur le variant Omicron ? Franceinfo fait le point dans cet article.


• Un tiers des produits ménagers contiennent une quantité importante de substances "potentiellement nocives", alerte le magazine 60 millions de consommateurs dans un hors-série publié aujourd'hui.