Le ministère de l'Education porte plainte après un faux courrier signé Najat Vallaud-Belkacem

La fausse circulaire, qui incite les maires à mettre en place des cours d'arabe à l'école dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, circule depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux.

La ministre de l\'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, le 3 septembre 2014, dans la cour de l\'Elysée, à Paris.
La ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, le 3 septembre 2014, dans la cour de l'Elysée, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

Il y avait déjà eu la fausse carte d'identité de Najat Vallaud-Belkacem, voici maintenant la fausse circulaire de la ministre de l'Education nationale. Une lettre invitant les maires à mettre en place des cours d'arabe comme activité périscolaire, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, circule depuis plusieurs jours sur internet. Le ministère de l'Education nationale a dénoncé ce faux et annoncé lundi 8 septembre qu'il portait plainte pour usurpation.

Comment ce faux a fait son apparition ?

Cette fausse lettre a commencé à circuler sur Twitter, samedi. Il a notamment été relayé par plusieurs membres de l'UMP, dont Isabelle Balkany, la première adjointe au maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Elle a ensuite supprimé son tweet, affirmant s'être faite "avoir par un fake"

Que dit cette fausse circulaire ?

Le document informe les maires qu'un conseiller de la Direction des services départementaux de l'Education nationale les contactera prochainement pour leur proposer, "dans le cadre de la nouvelle loi concernant l'aménagement des activités périscolaires", "une heure hebdomadaire consacrée à la découverte de la langue arabe"

"Je vous conseille vivement de donner un avis favorable à l'établissement de cette activité, qui a pour but de gommer les barrières linguistiques que pourraient inévitablement rencontrer nos enfants dans un proche avenir", poursuit le faux document, qui conclut que "la France est et doit rester un pays multiculturel dans l'intérêt et pour le bien-être de tous ses concitoyens".

Comment sait-on que c'est un faux ?

Pour paraître authentique, ce faux reproduit la signature scannée de la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Mais un porte-parole du ministère souligne que le document comporte "pas mal d'erreurs", qui le trahissent sur la forme et le fond.

Il relève, par exemple, que l'intitulé du ministère "n'est pas bon", puisqu'il ne comporte que la mention "Ministère de l'Education nationale", omettant l'Enseignement supérieur et la Recherche. De plus, sur le fond, "ce n'est pas de la compétence de la ministre de désigner le contenu des activités périscolaires, mais c'est celle des communes", rappelle le ministère.