Mort d'Henri Emmanuelli, figure du PS et frondeur avant l'heure

Le Parti socialiste a perdu l'une de ses figures ce 21 mars : Henri Emmanuelli, une forte personnalité qui est toujours restée fidèle à ses convictions, de Mitterrand à aujourd'hui. Il s'est toujours battu pour un PS résolument ancré à gauche.

FRANCE 3

Il y a un mois, Henri Emmanuelli présidait pour la dernière fois le conseil départemental des Landes, son fief, où il avait été élu pour la première fois en 1978. Henri Emmanuelli était un mitterrandiste de la première heure. Après une brève carrière de banquier chez Rothschild, il est plusieurs fois ministre dans les premiers gouvernements de la gauche, il a collectionné les titres : président de l'Assemblée nationale, premier secrétaire du Parti socialiste.

Avocat du "non" au traité constitutionnel européen

Pourfendeur des dérives sociales-libérales de la gauche au pouvoir, il était depuis des années dans l'opposition au sein du PS, un frondeur avant l'heure. En 2005, fidèle à ses convictions, Henri Emmanuelli s'était fait l'avocat du "non" au traité constitutionnel européen. Mais sa carrière avait aussi connu des bas. En 1997, il a notamment été condamné dans l'affaire Urba, sur le financement illégal du PS. Moitié corse, moitié béarnais, Henri Emmanuelli était connu pour son caractère ombrageux et ses coups de gueule.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ex-secrétaire d\'Etat socialiste, Henri Emmanuelli, le 21 mars 2013, sur le perron de l\'Elysée (Paris). 
L'ex-secrétaire d'Etat socialiste, Henri Emmanuelli, le 21 mars 2013, sur le perron de l'Elysée (Paris).  (FRED DUFOUR / AFP)