Cet article date de plus d'onze ans.

PS-EELV : un dissident socialiste se désiste en faveur du candidat écologiste afin de battre l’UMP

Le candidat PS-EELV François Simon va bénéficier du désistement du dissident socialiste Alain Fillola pour faire face au risque d’une triangulaire favorable à l’ex-maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc dans la 3e circonscription de la Haute-Garonne.
Article rédigé par Francetv 2012
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Alain Fillola candidat dissident socialiste en mai 2012 (PASCAL PAVANI / AFP)

Le candidat PS-EELV François Simon va bénéficier du désistement du dissident socialiste Alain Fillola pour faire face au risque d'une triangulaire favorable à l'ex-maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc dans la 3e circonscription de la Haute-Garonne.

L'accord PS-EELV n'est pas complètement caduc. La dynamique de rassemblement de la gauche va jouer en faveur de l'écologiste, François Simon, dans la 3e circonscription de la Haute-Garonne.

Celui-ci était mis en difficulté par la présence du dissident socialiste, Alain Fillola, et par la situation de triangulaire favorable à l'ancien maire UMP de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Mais Alain Fillola a annoncé son désistement lundi.

"Je ne créerai pas les conditions de la division en maintenant ma candidature, a affirmé Alain Fillola dans un communiqué. J'appelle solennellement à voter, dimanche 17 juin, pour François Simon à qui il appartient maintenant de rassembler la majorité la plus large possible autour du projet présidentiel."

Jean-Luc Moudenc est arrivé en tête avec 35,14% des voix, devant François Simon (22,24%) et Alain Fillola (21,36%).

Agacement au PS

M. Fillola, maire de Balma, banlieue résidentielle de Toulouse, pensait être le mieux placé pour battre M. Moudenc. Vice-président de la communauté urbaine, il était soutenu par le Parti radical de gauche et avait pris comme suppléante une adjointe au maire de Toulouse, Cécile Ramos (PRG). Il a été exclu du PS.

M. Fillola craignait qu'une victoire de M. Moudenc dans cette circonscription où le maire PS de Toulouse Pierre Cohen ne se représentait pas ne serve le projet du candidat UMP de reprendre la mairie à la gauche en 2014.

L'investiture de M. Simon, lui-même un ancien socialiste, avait fait grincer des dents au PS où on n'a pas oublié son refus d'appeler à voter pour M. Cohen au second tour des municipales de 2008.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.