Tribune "Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations"

Plusieurs directeurs et directrices de rédactions françaises, dont ceux de franceinfo, s'inquiètent de la "volonté répétée du ministre de l'Intérieur de porter atteinte à la liberté d'informer dans le cadre des manifestations".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des journalistes couvrent la manifestation contre le proposition de loi sur la sécurité globale, le 17 novembre 2020 près de l'Assemblée nationale, à Paris. (AMAURY CORNU / HANS LUCAS / AFP)

Responsables de rédaction, nous nous inquiétons de la volonté du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, de porter atteinte à la liberté de la presse dans le cadre des manifestations.

La volonté exprimée d’assurer la protection des journalistes revient à encadrer et contrôler leur travail. Ce dispositif s’inscrit dans un contexte particulièrement inquiétant avec la proposition de loi sur la sécurité globale qui prévoit la restriction de la diffusion des images de policiers et de gendarmes.

Les journalistes n’ont pas à se rapprocher de la préfecture de police pour couvrir une manifestation. Il n’y a pas d’accréditation à avoir pour exercer librement notre métier sur la voie publique.

Nous refuserons, pour cette raison, d’accréditer nos journalistes pour couvrir les manifestations. Nous réaffirmons notre attachement à la loi de 1881 sur la liberté de la presse et serons vigilants pour qu'elle soit préservée.

AFP, BFM TV, Le Canard Enchaîné, Charlie hebdo, C News, Courrier International, Europe 1, les rédactions de France Télévisions, le HuffPost, La Croix, La Croix hebdo, La Vie, LCI, Le JDD, Les Echos, L'Express, Le Figaro, Le Figaro Magazine, Le Pélerin, Le Point,  Le Monde, Le Parisien/Aujourd'hui en France, Libération, L'Obs, M6, Marianne, Mediapart, Paris Match, Politis, Télérama, les rédactions des antennes de Radio France,  RMC, RTL, Slate, TF1, 20 Minutes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.