Primaire PS: Valls affirme n'avoir "pas de leçons à recevoir"

Le député-maire d'Evry, candidat à la primaire, Manuel Valls, n'a pas apprécié les attaques sur son positionnement politique: "les procès en sorcellerie sont insupportables".

Manuel Valls lors de son arrivée au dernier débat (5 octobre)
Manuel Valls lors de son arrivée au dernier débat (5 octobre) (FRED DUFOUR / AFP)

Le député-maire d'Evry, candidat à la primaire, Manuel Valls, n'a pas apprécié les attaques sur son positionnement politique: "les procès en sorcellerie sont insupportables".

"Il y a toujours un danger dans la gauche française, auquel la gauche politique, mais aussi la presse, qui se situe à gauche, n'échappe pas : c'est le sectarisme", a-t-il jugé. "Quand j'ai adhéré au PS (...) pour soutenir Michel Rocard, à 18 ans, on me traitait de +social-démocrate+, c'était déjà une insulte. J'étais au bord de l'excommunication, parce que rocardien, on me traitait de +gauche américaine+", a poursuivi M. Valls.

Ces qualificatifs, "je prends", a-t-il affirmé, citant aussi celui de "social-libéral". Et d'énumérer : "Le seul qui a dit qu'il était à la fois socialiste et libéral, c'est Bertrand Delanoë, et il soutient Martine Aubry. Celui qui a inventé le Nouveau parti socialiste --la référence à Tony Blair (ndlr: ancien Premier ministre britannique) était évidente--, c'est Arnaud Montebourg. Celle qui a signé la préface du livre de Tony Blair il y a dix ans, c'est Martine Aubry. Celui qui a accueilli Tony Blair à l'Assemblée nationale, pour marquer sa différence avec Lionel Jospin, c'est Laurent Fabius (ndlr: soutien de Martine Aubry)".

"Qui gouverne la ville de Lille et l'agglomération avec le Modem ? C'est Martine Aubry", a encore dit le député-maire d'Evry qui s'exprimait lors d'un "chat" vidéo LeMonde.fr/Dailymotion.

Au cours des débats précédant la primaire, Arnaud Montebourg avait souvent attaqué les positions de Valls, notamment sur la retraite ou sur la TVA. Dans un documentaire diffusé jeudi soir sur France 2, Arnaud Montebourg avait ainsi affirmé: "La modernité ne consiste pas à reprendre des propositions de l'UMP pour les mettre dans la primaire PS", a estimé M. Montebourg dans un documentaire diffusé jeudi soir sur France 2. "C'est le cas de Manuel Valls?" est-il demandé au député de Saône-et-Loire. "Bien sûr", répond-il. Et de poursuivre : "Celui qui n'a qu'un pas à faire pour aller à l'UMP, c'est Manuel Valls".